Tech

Les investisseurs se préparent à un ralentissement des fondateurs. Ou afflux. Attends quoi? – Tech Crunch

Sahil Lavingia de Gumroad a fait irruption dans le monde du capital-risque en tant que l’un des premiers testeurs du fonds roulant, un produit AngelList qui permet aux investisseurs de lever des capitaux sur la base d’un abonnement. C’était en 2020. Avance rapide jusqu’en 2022 et beaucoup de choses ont changé.

Un de ces changements ? Le nombre de pitchs de fondateurs cherchant à augmenter. “Depuis mars, il a baissé d’environ 90%”, a déclaré Lavingia à TechCrunch. “Je voyais probablement plus que la plupart – environ 20 à 40 decks bien contrôlés par semaine – et ce nombre est tombé à environ deux à quatre par semaine maintenant.” Il a également vu la qualité des talents augmenter pour les personnes souhaitant travailler pour chemin de gomme – qu’il attribue en partie à la ruée constante des licenciements – et au déclin des fondateurs qui créent des entreprises.

Une baisse du nombre de fondateurs levant des capitaux suggère que les startups en démarrage ne sont pas aussi à l’abri des changements macroéconomiques que certains investisseurs le prétendent ; en revanche, un boom de nouvelles startups soutiendrait l’idée que les récessions – et la vague de licenciements qui l’accompagne – sont le moment où les startups naissent.

“Je pense que le nombre total de fondateurs que nous allons voir sera moindre, mais la barre de qualité monte.” Annie Kadavy, directrice générale de Redpoint

Lavingia décompose l’état des fondateurs en trois seaux : “les fondateurs touristiques, les fondateurs immigrés et les fondateurs” nés et élevés “.” Les fondateurs de touristes, a-t-il dit, sont ceux qui ne créent des entreprises que sur les marchés haussiers, une cohorte qui, selon lui, a chuté d’environ 100 %.

“Ils sont rarement finançables dans les marchés baissiers”, a déclaré Lavingia. “Ils ont besoin d’embaucher d’autres pour construire des trucs.” Les fondateurs immigrés, quant à eux, se soucient moins de la réputation et du statut de la création d’une entreprise, mais pèsent son risque et son rendement. Cette cohorte fondatrice a été réduite de moitié, selon Lavingia. Enfin, les fondateurs “nés et élevés” sont des fondateurs quel que soit le marché : “Ils ont tous existé et donc levé de l’argent en 2020-2021, donc eux aussi ne créent pas d’entreprises et ne lèvent pas d’argent au même rythme.”


Source link

Articles similaires