News

Les maires philippins demandent aux employés de la ville de sourire ou de faire face à la discipline

En tant que candidat à la mairie, M. Aguirre, 47 ans, a promis que le mandat sourire serait l’une de ses premières actions en fonction. C’était sa première campagne politique; M. Aguirre a déclaré qu’il était le «dernier espoir» de sa famille pour battre un clan politique rival dans la province. Ergothérapeute, il était revenu aux Philippines en 2016 après avoir vécu avec sa femme et ses enfants à New York pendant 10 ans.

“Le plus drôle, c’est que je travaillais dans le Bronx – l’un des quartiers les plus difficiles là-bas”, a-t-il déclaré. “Donc, je suis habitué à ce que les gens ne sourient pas.”

Lorsque les habitants de Mulanay se rendent à la mairie, dit-il, « ils rencontrent beaucoup de déceptions car les services sont si lents, et parfois les employés du gouvernement ne sont pas très amicaux. L’un de mes cris de guerre pendant ma campagne était de changer ce comportement.

M. Aguirre a rejoint un autre maire philippin nouvellement élu, Alston Kevin Anarna de Silang, une ville de 296 000 habitants dans la province de Cavite, pour dicter des sourires tout autour. M. Anarna, 37 ans, un autre fonctionnaire pour la première fois, a également juré lors de sa campagne que tous les fonctionnaires de la mairie apprendraient à sourire.

“Les fonctionnaires ont besoin de sourire”, a déclaré M. Anarna dans une interview, “d’autant que ceux qui vont normalement à la mairie sont des gens qui n’ont rien, des gens qui ont de gros problèmes. Imaginez si ceux qui les accueillent sont des gens sans sourire et de mauvaise humeur, alors quoi ? Mais s’ils sont bien traités, avec des gens visiblement souriants et prêts à les aider, ils se sentiront un peu mieux.

Le maire de Silang a interdit de froncer les sourcils parmi les employés municipaux – même s’il s’est demandé, lors d’un discours, si certains d’entre eux avaient été «conçus par ressentiment», selon les médias locaux. Selon les règles de la fonction publique, a déclaré M. Anarna, ceux qui bafouent son ordre peuvent être condamnés à une amende ou suspendus.

Articles similaires