Tech

Les meilleurs films d’horreur absolus sur Netflix

Netflix abrite une gamme si étonnante de films d’horreur que cette introduction va être une liste des titres qui n’ont pas fait les principales recommandations. Try Forgotten (2017), un thriller psychologique sud-coréen ou un film d’horreur britannique The Ritual (2017). Il y a aussi le récent It (2017), basé sur le roman de Stephen King; The Rental (2020), réalisé par Dave Franco et avec Alison Brie ; horreur de la comédie noire The Trip (2021); thriller psychologique Coming Home in the Dark (2021); Hush de Mike Flanagan (2016) et Ouija : l’origine du mal (2016) ; la trilogie Fear Street (2021); Western surnaturel The Wind (2018); L’horreur surnaturelle espagnole Veronica (2017) et l’horreur zombie sud-coréenne #Alive (2020).

Faites défiler vers le bas pour les meilleurs films d’horreur (avec 70 scores Metacritic ou plus) actuellement sur Netflix. Notez que certains d’entre eux sont incroyablement sombres et doivent être abordés avec beaucoup de prudence.

Warner Bros.

Un cauchemar sur Elm Street (1984)

Quoi de plus approprié pour une liste d’horreur que l’un des meilleurs films d’horreur jamais réalisés ? Le film de 1984 A Nightmare on Elm Street a lancé la franchise – et la carrière de Johnny Depp. Depp a fait ses débuts dans le slasher surnaturel sur une jeune fille qui se rend compte qu’elle doit rester éveillée pour empêcher un tueur de massacrer ses amis dans ses rêves. Des suites, un remake et bien d’autres sont issus de la pièce de genre effrayante. Voyez où tout a commencé dans ce classique intelligent qui tient toujours aujourd’hui.

Netflix

De l’impressionnante réserve de films internationaux de Netflix vient l’horreur de science-fiction espagnole The Platform. Son histoire conceptuelle est centrée sur une tour qui livre de la nourriture aux gens à chacun de ses nombreux niveaux via une plate-forme. Ceux qui sont au sommet obtiennent la diffusion la meilleure et la plus abondante, qui est dévorée à mesure que la plate-forme baisse les niveaux. Les commentaires sociaux résonnent tout au long de ce thriller dystopique, qui prend des tournures choquantes, parfois horribles, jusqu’au fond.

Films de transmission/Capture d’écran YouTube/CNET

Un avertissement : The Nightingale dépeint des scènes graphiques extrêmes de violence et de viol. Dans cet esprit, continuez avec cette histoire déchirante et vous verrez une tranche importante de l’histoire rarement racontée à l’écran. The Nightingale suit une jeune condamnée cherchant à se venger dans la brousse australienne de 1825. Le deuxième film de Jennifer Kent, qui a réalisé le puissant The Babadook, est une force avec laquelle il faut compter.

Productions Blumhouse

Si vous cherchez une preuve supplémentaire que les frères Duplass sont réellement mauvais, voici une vente facile. Patrick Brice (également réalisateur et co-scénariste) joue un vidéaste répondant à une annonce Craigslist pour Josef (Mark Duplass), qui veut faire un film pour son supposé enfant à naître. J’aime généralement les films d’horreur qui reposent sur des performances pour vous énerver, car ils sont incroyablement difficiles à réaliser. Et je dois le donner à Mark Duplass. Il est, en fait, super effrayant.

Netflix

Avant l’impeccable série The Haunting of Hill House, Mike Flanagan nous a apporté cette habile adaptation du roman de Stephen King Gerald’s Game. Carla Gugino est immense dans le rôle de Jessie, une femme qui part en vacances avec son mari dans une maison isolée au bord d’un lac en Alabama. Lorsque Jessie se retrouve menottée au lit sans personne pour l’aider à s’échapper, cela devient une question à la fois de survie et d’évasion. Un autre chapitre de l’horreur imprégnée de mélancolie de Flanagan qui se transforme en triomphe silencieux pour ses personnages hantés.

Netflix

Deux films nommés The Call sont sortis en 2020. Regardez celui de la Corée du Sud, un thriller de voyage dans le temps qui tourne autour, oui, d’un appel téléphonique. Seo-yeon, vingt-huit ans, trouve un téléphone enterré dans un placard de la maison de son enfance. Il sonne – et l’appelant, il s’avère, vit dans la même maison 20 ans plus tôt. Des rebondissements jusqu’au dernier moment, ainsi qu’une poursuite sauvage du chat et de la souris qui modifie le passé et le présent en font un incontournable.

Capture d’écran de divertissement vertical/YouTube/CNET

Comme quelques autres titres de cette liste, cette superbe horreur psychologique se double subtilement d’une allégorie pour des thèmes sociaux plus larges, tels que l’oppression. Situé dans les années 1980 à Téhéran, lors d’une série de raids aériens connus sous le nom de guerre des villes, il suit une mère et sa fille hantées dans leur maison par un mal mystérieux. Avec des échos de The Babadook ainsi que ses propres idées fraîches, Under The Shadow est une excellente entrée d’horreur.

L’une des adaptations les plus réussies de Stephen King, ce drame d’horreur basé sur la nouvelle 1922 est une combustion lente avec une performance fascinante à la base. Thomas Jane, que vous connaissez également dans Boogie Nights et The Punisher en 2004, donne l’une de ses meilleures performances en carrière en tant que toujours fier Wilfred James, un fermier qui prend la décision totalement sage d’assassiner sa femme avec l’aide de leur fils adolescent. . Les conséquences sont déchirantes à plusieurs niveaux (si vous n’aimez pas les rats, vous ne les aimerez vraiment plus après cela).

Netflix

Cette horreur psychologique intelligente est en partie tirée des expériences de la co-scénariste Isa Mazzei en tant que camgirl (ou modèle de webcam). Pourtant Cam n’est pas un documentaire, à la suite d’Alice Ackerman, une jeune camgirl qui découvre un jour une réplique exacte d’elle-même a repris son émission. Ce thriller unique clignotant en rouge avec la menace de la technologie est une excellente fonctionnalité pour jouer.

Netflix

Vampires contre le Bronx (2020)

Vampires contre le Bronx est une comédie d’horreur unique à plus d’un titre. Situé dans le quartier new-yorkais du Bronx, il suit le jeune Miguel Martinez, un enfant au grand cœur qui aide à collecter des fonds pour sa bodega locale en difficulté. Mais il n’y a pas que les nouveaux magasins de vêtements de créateurs qui menacent d’emménager : des mordeurs de cou pâles et effrayants dévorent les gens et leurs biens. Un commentaire sur la gentrification avec un charme maladroit, des rebondissements et des sensations fortes, Vampires contre le Bronx est une version fraîche et divertissante du genre.

Netflix

Ce thriller tendu se déroulant dans les Highlands écossais éloignés est loin d’être une escapade idyllique. Préparez-vous à un cauchemar angoissant dont ses protagonistes cherchent désespérément à se réveiller. Vaughn et Marcus partent pour un week-end de chasse entre mecs, mais après une nuit bien arrosée, ils se retrouvent face à des événements qu’ils n’auraient jamais pu prévoir. Calibre porte bien son nom, offrant un ensemble élégant de drames sombres et captivants. Laissez toute la force de celui-ci vous frapper.

RAYON TWC

Le film d’horreur savamment conçu qui se double discrètement d’une allégorie des MST. Vous avez bien lu: It Follows dirige son objectif sur une entité surnaturelle qui vit à la périphérie, poursuivant constamment sa proie à un rythme lent, semblable à celui d’un zombie. Notre héroïne Jay (interprétée par la moderne Scream Queen Maika Monroe) est piégée au centre de ce bassin d’anxiété, face à un harceleur terrifiant. Un classique moderne, avec une partition originale inspirée de John Carpenter.

Capture d’écran Curzon/YouTube/CNET

Avant Black Widow, Cate Shortland s’est fait un nom en réalisant d’excellents films indépendants, dont Berlin Syndrome. Cette horreur psychologique met en vedette Teresa Palmer dans le rôle de Clare Havel, une jeune australienne qui part en randonnée à Berlin, pour rencontrer un homme qui la retient captive dans son appartement. Un jeu du chat et de la souris entre ravisseur et captif s’ensuit. Bien qu’il soit parfois plus lent dans son cadre confiné, le syndrome de Berlin offre assurément un thriller captivant.

Netflix

Une horreur qui frappe… près de chez nous. Révélant ses maux surnaturels à travers une histoire humaine déchirante, His House suit Bol et Rial, un couple de réfugiés du Soudan, qui luttent pour s’adapter à leur nouvelle vie dans une ville anglaise. Ne vous attendez pas à de simples frayeurs – His House joue sur les spectres psychologiques du passé, ajoutant encore plus de couloirs de tourments. Un morceau déchirant et puissant.

Photo par Warner Bros. Pictures/Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images

Vous n’avez pas vu ce qui est largement considéré comme le meilleur film d’horreur de tous les temps ? L’Exorciste de 1973 met en vedette Ellen Burstyn dans le rôle de Chris MacNeil, une actrice aisée dont la fille devient possédée par une entité démoniaque. Qui vont-ils appeler ? Un couple de prêtres catholiques pour procéder à un exorcisme. L’Exorciste était si bon qu’il est devenu le premier film d’horreur à être nominé pour l’Oscar du meilleur film.

Focus Monde

Après avoir visionné ce film, vous pourriez bien avoir une nouvelle réalisatrice préférée en Julia Ducournau. Raw suit Justine, une végétarienne en première année d’école vétérinaire, qui cède à la pression des pairs, mange de la viande crue et se retrouve avec une éruption cutanée sur tout le corps. Le film aborde les questions d’identité d’une manière viscéralement puissante et symbolique, et est un incontournable du banc indépendant de Netflix.


Source link

Articles similaires