News

Les propriétaires de condos Squamish ont laissé leurs factures de services publics accumulées avant d’emménager

Les propriétaires de 18 unités dans un complexe de condos Squamish sont furieux après avoir été informés qu’ils doivent payer les factures de services publics impayées de leurs appartements liés aux anciens propriétaires de la propriété.

« Inutile de dire qu’il y a beaucoup de stress, pour nous. Fondamentalement, ils ont d’un seul coup gâché Noël pour nous. Nous devons maintenant trouver cet argent », a déclaré le propriétaire Tyler Clements à Global News. “Nous avons rassemblé tout ce que nous pouvions pour acheter cet endroit.”

Clements et sa femme ont acheté l’unité dans The Main au 37881 Cleveland Ave. en 2021 et ont embauché un notaire pour faire preuve de diligence raisonnable et obtenir une déclaration de revenus officielle.

Lire la suite:

Les coûts d’assurance des copropriétaires ont grimpé en flèche dans certaines régions du Canada au cours de la dernière année. Voici pourquoi

Ce document, qui est revenu sur du papier à en-tête du district de Squamish, indiquait qu’il n’y avait pas de dettes, de taxes ou de factures de services publics impayées, et que la famille a poursuivi l’achat.

L’histoire continue sous la publicité

En septembre, eux et d’autres propriétaires de l’immeuble ont reçu une lettre leur disant qu’ils devaient des centaines de dollars en services publics impayés liés à 2020, avant même que beaucoup d’entre eux n’y aient vécu.


Cliquez pour lire la vidéo:


BC strata refuse la vente d’un condo à une famille de cinq personnes


Clements a décrit leurs efforts pour parler au district de Squamish du projet de loi comme «très difficiles» et a déclaré que les appels téléphoniques et les courriels n’étaient souvent pas retournés.

“Ils ne pouvaient pas vraiment fournir d’informations sur les raisons pour lesquelles nous étions responsables de cet argent”, a-t-il déclaré. «Ils ont dit que c’était à partir du moment où le bâtiment a été développé ou quand il a été construit. Il était dû entre le promoteur et l’acheteur initial de l’unité. Nous sommes maintenant comme le deuxième ou le troisième propriétaire de l’unité. »

Clément a déclaré que si la famille ne payait pas d’ici la fin décembre, elle pourrait faire face à des sanctions ou même perdre sa maison.

L’histoire continue sous la publicité

Amy Kristensen, une autre propriétaire de l’immeuble, a déclaré à Global News qu’elle faisait face à une facture de 726 dollars pour les services publics utilisés avant son emménagement.

« C’est comme avoir deux emplois. Vous perdez le sommeil la nuit », a-t-elle déclaré à propos de ses efforts pour lutter contre la facture.

Lire la suite:

BC strata refuse la vente d’un condo à une famille avec trois jeunes enfants

«Ils devraient traquer les propriétaires d’origine à cette période. Ce sont des frais d’utilisation. Je n’étais même pas dans cette province en 2020. Cela n’a aucun sens qu’ils n’aient pas retrouvé ces personnes.

Kristensen a assisté à une récente réunion du conseil de Squamish où elle a pu présenter le cas des propriétaires.

Malgré leurs efforts, le conseil a voté pour aller de l’avant avec les tentatives de collecter l’argent des résidents actuels.


Cliquez pour lire la vidéo :


Consommateur : Vivre avec le bruit d’un condo


Elle a déclaré à Global News qu’elle restait sidérée que le certificat fiscal officiel qu’elle a obtenu du district lorsqu’elle a acheté l’unité se soit maintenant avéré inexact.

L’histoire continue sous la publicité

« (Nous étions) en train de plaisanter, ce zéro que nous vous avons donné sur ce certificat fiscal que vous avez payé devrait en fait être de 726 $ », a-t-elle déclaré.

Dans une déclaration à Global News, le district de Squamish a déclaré qu’il sympathisait avec les propriétaires des 18 unités et comprenait leur frustration. Mais il a déclaré qu’il avait l’obligation légale de recouvrer les soldes impayés “auprès des propriétaires actuels d’unités de strates, qu’ils aient été ou non bénéficiaires de ces services publics en 2020”.

“En fin de compte, la propriété a la responsabilité de s’assurer que les services publics sont payés.”

Le district a déclaré à Global News qu’il avait émis des factures au promoteur en 2020, 2021 et 2022. Mais le promoteur a déclaré au district que les accords d’achat sur le bâtiment laissaient les acheteurs responsables des frais de services publics, ce qui signifie que la seule possibilité pour la municipalité était de percevoir auprès des résidents.

Lire la suite:

Réaction mitigée à la proposition de la Colombie-Britannique de lever les restrictions sur la location de copropriétés

Le district a déclaré que le conseil s’était vu présenter deux options: collecter auprès des 96 propriétaires d’unités dans le bâtiment, ou demander un arrêté ministériel pour ne pas collecter du tout dans le bâtiment et transmettre la facture aux contribuables squamish.

Il a déclaré qu’il n’avait pas la capacité d’obtenir un arrêté ministériel exemptant les 18 propriétaires qui n’habitaient pas dans l’immeuble en 2020. C’est une réponse qui ne satisfait pas Clément, qui a déclaré que le district devrait être responsable de ses propres erreurs.

L’histoire continue sous la publicité

“Le district a reconnu sa faute et ils admettent que cela n’aurait pas dû se produire, et pourtant ils veulent toujours nous facturer”, a-t-il déclaré.

« S’ils sont fautifs, ils devraient réparer les choses. Ils devraient trouver cet argent quelque part, ce ne devrait pas être à moi de réparer leurs erreurs.

&copy 2022 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.

Articles similaires