News

L’Éthiopie et le chef du Tigré invités aux pourparlers de paix en Afrique du Sud

NAIROBI, Kenya –

Le chef de la région assiégée du Tigré en Éthiopie et le gouvernement fédéral ont été invités à des pourparlers de paix en Afrique du Sud ce week-end dans le cadre d’un effort panafricain visant à mettre fin à l’une des guerres les plus négligées au monde, selon une lettre vue mercredi par l’Associated Press. .

Si Debretsion Gebremichael assiste aux pourparlers proposés entre les parties tigréenne et éthiopienne, ce sera l’effort au plus haut niveau pour mettre fin à la guerre de deux ans qui a tué des milliers de personnes du conflit et de la famine. Dans un communiqué, il s’est dit prêt à envoyer une équipe de négociation mais s’interroge sur les autres personnes susceptibles d’y participer, “étant donné que nous n’avons pas été consultés avant l’émission de cette invitation”.

Le gouvernement éthiopien a accepté l’invitation, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale Redwan Hussein. Dans une déclaration séparée, le gouvernement a qualifié de “conformément aux positions antérieures du gouvernement éthiopien” que les pourparlers soient négociés par l’UA et se tiennent sans conditions préalables. La déclaration ne dit pas qui pourrait y assister.

La lettre du président de la Commission de l’UA indique que les pourparlers convoqués par l’UA “viseraient à jeter les bases d’une médiation structurée et soutenue” entre les deux parties en vue d’une “résolution durable du conflit”.

La lettre de l’UA indique que les pourparlers seraient facilités par l’envoyé spécial de l’UA et ancien président nigérian Olesegun Obasanjo avec le soutien de l’ancien président kényan Uhuru Kenyatta et de l’ancien vice-président sud-africain Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Un diplomate à Addis-Abeba a déclaré que des représentants de l’Union européenne, des Nations unies et de l’Autorité intergouvernementale régionale pour le développement devraient assister aux pourparlers en tant qu’observateurs en soutien à l’équipe de médiation de l’UA. Le diplomate a parlé sous couvert d’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à parler publiquement.

Les pourparlers interviennent plus d’un mois après la reprise des combats dans le Tigré après des mois de calme relatif. Les forces de l’Érythrée voisine, alliées au gouvernement éthiopien, rejoignent à nouveau les combats dans ce que les forces du Tigré ont décrit comme une offensive à grande échelle.

Mardi, une frappe aérienne a frappé la ville d’Adi Daero, dans le Tigré, où s’abritaient des personnes déplacées, a déclaré à l’AP un travailleur humanitaire qui s’est rendu sur place par la suite. Ils ont décrit la scène comme un “carnage total” et ont déclaré que les agents de santé avaient signalé la mort de plus de 50 personnes. Le travailleur a parlé sous le couvert de l’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à parler en public.

La région du Tigré est largement coupée du monde depuis le début de la guerre en novembre 2020, avec plus de 5 millions de personnes sans services de base, notamment l’électricité, le téléphone, Internet et les services bancaires. Les médicaments sont désespérément bas. Jeudi, l’ONU a déclaré que les membres du personnel piégés avaient finalement pu quitter la région pour la première fois depuis la reprise des combats.

Les combats se sont également propagés dans les régions voisines d’Amara et d’Afar en Éthiopie alors que les forces du Tigré ont tenté de faire pression sur le gouvernement, mettant en danger des centaines de milliers d’autres civils.

Les enquêteurs des Nations Unies ont déclaré que toutes les parties avaient commis des abus.

Il y a aussi une profonde méfiance des deux côtés. Un membre de l’équipe de négociation du Tigré, Tsadkan Gebretensae, a déclaré la semaine dernière à un groupe de réflexion américain que “nous nous sommes mis d’accord sur un processus dirigé par l’Afrique, mais cela ne devrait pas être carte blanche pour que l’UA impose ce qui devrait être un processus de paix”.

Tsadkan a déclaré que les représentants du Tigré avaient rencontré à trois reprises les autorités éthiopiennes – à Djibouti et aux Seychelles – et il a remercié le gouvernement américain pour l’organisation des réunions, qui, selon lui, ont produit une “proposition claire de cessation des hostilités”. Mais après cela, a-t-il affirmé, la partie tigréenne a été “trahie”. Il n’a pas donné de détails.

Les autorités du Tigré recherchent un accès sans entrave à l’aide humanitaire, la reprise des services de base, le respect des dispositions constitutionnelles sur les frontières et le retrait des forces étrangères, a déclaré Tsadkan.

Les autorités du Tigré “accepteront tout ce qui sortira” d’un processus de paix impartial et convenu, a-t-il déclaré.

Articles similaires