News

L’Ontario a besoin d’une plus grande intégration des services

Si la pandémie nous a appris quelque chose, c’est que nous devons repenser la façon dont nous concevons les services de santé et de bien-être dans la province.

« Au cours de la dernière année, nous avons vu plus que jamais à quel point il est important pour les fournisseurs de services de santé de travailler ensemble en une seule équipe intégrée pour offrir des soins de haute qualité aux patients de toute la province », a déclaré Christine Elliott, vice-première ministre et ministre de santé, dans une annonce concernant les équipes Santé Ontario en mars 2021.

Beaucoup dans la province sont d’accord : les Ontariens méritent des services véritablement intégrés et un processus pour assurer une coordination transparente de ces services. Pour ce faire, nous devons simplifier le paysage et travailler à travers les silos ministériels afin de réduire les doubles emplois et la confusion du public. Une approche coordonnée et intégrée de la collecte de données et de la prestation de services peut faire économiser de l’argent à la province et réduire la frustration de ceux qui comptent sur le soutien.

Dans un récent sondage mené pour 211 Ontario, plus de 84 % des Ontariens ont déclaré qu’ils aimeraient un seul endroit vers lequel se tourner pour obtenir des renseignements sur les services sociaux, les soutiens gouvernementaux, les programmes communautaires, les soutiens aux soignants, les soutiens médicaux à domicile, etc.

Lorsque les gens ont besoin d’aide, il peut être difficile de savoir vers qui se tourner. À l’heure actuelle, pour les aînés seulement, un site Web du gouvernement pointe vers plus de 70 numéros de téléphone pour accéder à divers programmes et services dans la province. Pour une personne âgée isolée qui ne maîtrise peut-être pas le numérique, il peut être intimidant de faire des recherches sur chaque programme et de déterminer comment accéder à ces soutiens. Beaucoup abandonneront par frustration et pourraient se retrouver prématurément à l’hôpital ou dans des établissements de soins de longue durée au lieu de bien vieillir à la maison.

Nous avons vu tout au long de la pandémie que les groupes et les communautés marginalisés sont confrontés à des obstacles supplémentaires pour accéder aux soutiens, et que leurs besoins sont souvent complexes et multidimensionnels. Une approche unique ne fonctionnera pas, et nous devons trouver des moyens de faciliter l’accès des personnes ayant des besoins complexes à tous les services dont elles ont besoin pour se sentir bien.

Il n’y a pas un seul ministère ou palier de gouvernement provincial qui puisse résoudre ce problème à lui seul. Cela nécessitera une approche multipartite, reconnaissant que les Ontariens interagissent avec de nombreuses parties différentes du système de services et ne devraient pas avoir à comprendre qui finance quel programme pour pouvoir accéder aux services disponibles.

Une plus grande intégration offre de nombreux avantages aux demandeurs d’aide, notamment le fait de ne pas avoir à divulguer leurs données personnelles à chaque nouveau tournant. Au niveau du système, cela peut réduire la duplication des ressources, détourner la demande des systèmes d’urgence et rediriger les dollars vers les lacunes de service existantes.

Des changements à l’aide sociale et des réformes à l’emploi, aux services de développement et aux services de santé sont tous en cours en Ontario. C’est le moment idéal pour repenser la façon dont ces différents systèmes se recoupent et comment nous pouvons offrir une meilleure expérience et améliorer les résultats en matière de bien-être pour les Ontariens. Bien que bon nombre de ces trains aient déjà quitté la gare, il n’est pas trop tard pour traverser les lignes du ministère afin d’assurer un trajet plus fluide pour les demandeurs d’aide.

Karen Milligan est la directrice générale de 211 Ontario.

Articles similaires