Politique

L’UE prépare un plan pour réprimer l’afflux de migrants en provenance des Balkans – POLITICO

L’UE travaille sur une proposition visant à réduire l’afflux croissant de migrants entrant dans le bloc via les Balkans occidentaux, a déclaré jeudi à POLITICO la commissaire aux affaires intérieures, Ylva Johansson.

La route migratoire des Balkans occidentaux est devenue une préoccupation croissante pour les pays de l’UE ces derniers mois, les autorités enregistrant une augmentation du nombre de personnes entrant sur le territoire de l’UE depuis la région après avoir voyagé depuis des endroits comme l’Inde, la Tunisie et le Burundi.

“Il est temps maintenant de présenter un plan d’action approprié également sur la route des Balkans occidentaux”, a déclaré Johansson dans une interview, notant que “l’Autriche est très touchée”.

Le nouveau plan est en cours d’élaboration, a déclaré Johansson aux ministres de l’intérieur de l’UE vendredi lors d’une réunion d’urgence, convoquée pour régler les tensions croissantes sur la migration. Alors que le principal point de friction a été entre la France et l’Italie sur l’endroit où les bateaux des ONG devraient accoster après avoir secouru les migrants, les ministres discuteront de toutes les routes migratoires actives actuelles vers l’UE.

Le plan pour les Balkans occidentaux, a-t-elle dit, sera présenté « bientôt », sans donner de détails.

La route migratoire des Balkans a gagné en popularité ces derniers temps.

Selon les données de Frontex, l’agence frontalière de l’UE, 281 000 traversées sans papiers ont eu lieu depuis les Balkans au cours des 10 premiers mois de 2022, soit une augmentation de 77 % par rapport à la même période en 2021, et le total le plus élevé depuis 2016. Frontex a déclaré que la route des Balkans occidentaux reste « le point d’entrée le plus actif » vers l’UE, avec plus de 22 300 entrées en octobre, soit près de trois fois plus que l’an dernier.

L’Autriche affirme avoir supporté le poids de cet afflux. Selon les autorités autrichiennes, environ 100 000 migrants sont arrivés dans le pays depuis le début de l’année, dont 75 000 non enregistrés dans les autres pays traversés. Quarante pour cent de ces migrants non enregistrés sont arrivés « via la Serbie », selon un diplomate autrichien. 40% supplémentaires, a ajouté le diplomate, sont passés par la Bulgarie et la Roumanie, pays de l’UE.

L’Autriche a utilisé ces détails pour affirmer que la zone de voyage Schengen sans visa, qui englobe la plupart des pays de l’UE et plusieurs pays voisins, est essentiellement rompue. Il s’est engagé à bloquer l’adhésion prévue de la Bulgarie et de la Roumanie à Schengen.

“L’ensemble du système Schengen ne fonctionne pas”, a déclaré le diplomate.

Les Autrichiens, a déclaré Johansson, “ont raison – il est vraiment important que tous les États membres enregistrent les personnes, sinon nous ne pouvons pas gérer la migration”.

Elle a souligné qu’il y avait aussi la possibilité de renvoyer des gens dans les Balkans occidentaux, “parce que nous avons des accords avec ces pays”. Mais d’abord, « nous devons les enregistrer », a-t-elle ajouté, promettant d’insister sur ce point lors de la réunion de vendredi.

Si les pays de l’UE ne peuvent pas enregistrer les arrivées, dit-elle, « ils mettent trop de pression sur des pays comme l’Autriche, et ce n’est pas juste. Nous ne pouvons pas l’accepter.




Source link

Articles similaires