News

L’Université Laurentienne sort de la protection contre les créanciers suite à l’insolvabilité

L’Université Laurentienne de Sudbury, en Ontario, est sortie du processus de restructuration de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) qui a suivi son insolvabilité en février 2021.

L’université a continué à fonctionner tout en faisant face à ses problèmes financiers. Dans le cadre de la restructuration, il a supprimé 76 programmes en avril 2021. De plus, près de 200 membres du personnel et du corps professoral ont perdu leur emploi.

La LACC a été créée pour les entreprises commerciales afin de les aider à se restructurer après une insolvabilité.

L’avenir est prometteur pour la Laurentienne.– Tammy Eger, présidente par intérim

Dans son récent rapport spécial sur l’Université Laurentiennela vérificatrice générale de l’Ontario, Bonnie Lysyk, a déclaré qu’il y avait «un argument solide selon lequel la LACC est un recours inapproprié et peut-être dommageable pour les entités publiques».

Jeff Bangs, qui a pris la présidence du conseil d’administration de la Laurentienne après la démission des anciens membres du conseil d’administration de l’université, a déclaré que la sortie du processus de la LACC est une étape positive.

“Bien qu’il reste encore beaucoup de guérison et de travail acharné à faire, nous ressortons aujourd’hui plus forts avec des garanties en place pour assurer un avenir durable, plus transparent et inclusif”, a-t-il déclaré.

« La réforme de notre gouvernance, l’amélioration des opérations et la prise en compte des recommandations du vérificateur général nous maintiendront sur la bonne voie, mais, plus important encore, nous devons nous engager à respecter tous les intervenants de l’université lorsque des décisions clés pour l’avenir sont prises.

Tammy Eger, présidente et vice-chancelière par intérim de la Laurentienne, a déclaré dans un communiqué de presse que les étudiants et les parents peuvent se sentir en confiance s’ils choisissent l’université pour faire progresser leurs études.

« L’avenir est prometteur pour la Laurentienne », a déclaré Eger, qui est devenu président par intérim après la démission de Robert Haché le 31 octobre.

“Nous avons du travail à faire pour transformer notre institution, mais la voie à suivre est claire. Nous sommes inspirés pour réaliser le vaste potentiel de notre communauté”, a-t-elle déclaré.

La Laurentienne a déclaré dans un communiqué de presse qu’elle allait maintenant commencer à travailler sur son prochain plan stratégique et mettre en œuvre les recommandations, y compris celles du vérificateur général, pour améliorer ses opérations et sa gouvernance.

Articles similaires