News

Novak Djokovic Was Deprived of Sleep and Pressured to Cancel Visa, Court Documents Sure | World news

Novak Djokovic was deprived of sleep and pressured by Australian authorities to cancel his visa after being detained at Melbourne airport, his legal team argued.

Representatives for the world’s highest ranked tennis player also claim he was granted a medical exemption after testing positive for COVID-19[feminine le 16 décembre.

La star du tennis a atterri dans le pays mercredi soir, avant le début de l’Open d’Australie.

Cependant, il est maintenant impliqué dans une dispute pour savoir s’il est exempté des règles de vaccination COVID du pays, et est risque l’expulsion si son recours est infructueux.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Le père de Djokovic prend la parole pour se rallier

Interrogé pendant six heures

Après avoir voyagé pendant 25 heures, les avocats de Djokovic affirment qu’il a été interrogé pendant six heures à l’aéroport avant d’être autorisé à aller dormir quelque part – seulement pour être réveillé par des fonctionnaires une demi-heure plus tard et contraints de prendre une décision sur l’annulation de son visa.

Des documents judiciaires récemment publiés montrent qu’il pensait que son exemption était “conforme aux recommandations du Groupe consultatif technique australien sur la vaccination”.

Au début de l’entretien, juste après minuit, un responsable lui a dit qu’une infection antérieure ne signifiait pas qu’il pouvait prétendre à une exemption.

Il a répondu : “Je suis désolé de vous interrompre, mais ce n’est pas vrai.”

Il a ajouté : « J’ai expliqué que j’avais été récemment infecté par COVID en décembre 2021 et sur cette base, j’avais droit à une exemption médicale conformément aux règles et directives du gouvernement australien.

Un fan de Novak Djokovic devant l'hôtel de détention où il séjourne à Melbourne
Image:
Un fan de Djokovic devant l’hôtel de détention où il séjourne à Melbourne

Pourquoi Djokovic se voit-il refuser l’entrée en Australie – et quelles sont leurs règles de voyage ?

“J’ai en outre expliqué que mon exemption médicale avait été accordée par le comité d’examen médical d’experts indépendants, que j’avais déjà fourni tous les rapports médicaux pertinents à TA, y compris les résultats de mes tests COVIDPCR, et qu’en conséquence le visa ne devrait pas être annulé.”

Chronologie de la détention de Djokovic

00h21 – 00h51 – Djokovic commence à être interviewé par des officiels.

4h11 – Les fonctionnaires notifient l’annulation du visa de Djokovic et lui donnent 20 minutes pour donner “toute explication supplémentaire”. Djokovic demande d’attendre jusqu’à 8 heures du matin pour pouvoir appeler Tennis Australia pour ” comprendre cela “.

5h20 – Les responsables disent qu’ils lui donneront du temps pour se reposer, jusqu’à environ 8h – 8h30. L’entretien est suspendu.

5h22 – 6h07 – Pendant ce temps, Djokovic attend sur un canapé à l’extérieur de la salle d’interrogatoire qu’un lit soit préparé. Il a finalement été emmené dans une pièce à 5h30 du matin, mais a été réveillé « vers 6 heures du matin » et « contraint » de poursuivre l’entretien immédiatement.

7h42 – Son visa est officiellement annulé.

Les documents affirment qu’il avait reçu “une lettre du médecin-chef de Tennis Australia enregistrant qu’il avait reçu une” exemption médicale de la vaccination COVID “au motif qu’il s’était récemment remis de COVID”.

Contraint d’annuler son visa

Il a demandé à avoir le temps de contacter son agent et ses avocats. Cependant, les documents judiciaires affirment qu’il a été contraint de poursuivre l’entretien et d’accepter finalement d’annuler son visa.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Djokovic traité “sévèrement injustement”

Les documents précisent : « M. Djokovic, ayant estimé que »[they were] will cancel [his] visa, it is evident that he “gave in, feeling that he had no choice, and on the basis of an understanding based on what they had told him that it was better for him than the maintenance be done immediately “.

His legal team claims the officials’ actions were “false and malicious”, adding: “It clearly was not and never would have been better for Mr. Djokovic if a visa cancellation decision was made while he was not rested and without consulting his representatives. “

Djokovic felt “shocked”, “surprised” and “bewildered” by the actions of those responsible – because he believed he had correctly obeyed Australian law.

Djokovic has already spoken of his opposition to vaccination and has repeatedly refused to disclose his vaccination status
Picture:
Djokovic has already spoken of his opposition to vaccination and has repeatedly refused to disclose his vaccination status

Deliveries of gluten-free food, exercise equipment and a SIM card – the tennis star’s immigration detention conditions

Final decision due

He is now staying at the Park Hotel, which also serves as an immigrant detention center until a final decision on his visa is made.

The federal court will hear his appeal at 10:00 a.m. Monday morning (11:00 p.m. GMT Sunday).

Follow the Daily podcast on Apple podcasts, Google Podcasts, Spotify, Streamer.

Djokovic, wearing a black hoodie, can be seen in the middle back of the group photo.  Photo: Serbian Tennis Association
Picture:
Djokovic appears to have been pictured with young players the day after lawyers said he tested positive for COVID. Photo: Serbian Tennis Association

Documents indicate that the Serbian athlete first registered a positive PCR on December 16 – however, a press release from the Serbian Tennis Association appears to show Djokovic meets young tennis players the next day.

It is not known if Djokovic knew he had the virus when the photos were taken.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

twelve − 5 =