OTAN : les Canadiens et les Allemands sont favorables à l’alliance, selon un sondage Nanos

Un récent sondage auprès des Canadiens et des Allemands montre que les deux groupes ont des opinions largement favorables sur l’OTAN, à un moment où de plus en plus de pays cherchent à rejoindre l’alliance militaire au milieu de la guerre du président russe Vladimir Poutine en Ukraine.

Le sondage, réalisé en partenariat entre Nanos Research et son organisation sœur Dimap en Allemagne, a demandé à plus de 1 000 Canadiens et 1 000 Allemands leur point de vue sur l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Le Canada et l’Allemagne sont tous deux membres de l’OTAN.

Les résultats montrent que 79 % des Canadiens ont une opinion majoritairement favorable de l’OTAN, dont 38 % qui sont très favorables et 41 % qui sont plutôt favorables.

En comparaison, 68 % des Allemands étaient favorables, 18 % très favorables et 50 % plutôt favorables.

Interrogés également sur leur opinion sur les partenariats avec d’autres pays, une grande majorité de Canadiens ont vu l’Allemagne sous un jour positif à 80 %, dont 46 % qui ont une opinion positive du pays et 34 % qui sont plutôt positifs.

Les Allemands, quant à eux, ont également une opinion favorable du Canada à 74 %, dont 33 % qui voient le Canada comme un partenaire positif et 41 % qui voient le partenariat comme quelque peu positif.

“L’OTAN, toujours très forte dans les deux pays, et il y a un certain potentiel là-bas en termes de regard favorable des Allemands sur les Canadiens et de regard favorable des Canadiens sur les Allemands”, a déclaré le sondeur Nik Nanos sur le podcast Trend Line de CTV.

Nanos est également le président bénévole d’Atlantik-Bruecke Canada, qui se décrit comme un organisme sans but lucratif et non partisan voué au développement de relations positives entre le Canada et l’Allemagne, en partenariat avec Atlantik-Brucke en Allemagne.

La Finlande et la Suède, pays nordiques, ont récemment annoncé leur intention de rejoindre l’OTAN. La Finlande, avec la Norvège, membre de l’OTAN, partage une grande frontière avec la Russie.

Parallèlement à un certain nombre de sanctions économiques contre la Russie, les pays membres de l’OTAN ont également fourni individuellement du matériel et des armes militaires à l’Ukraine.

Pas plus tard que cette semaine, le Canada a annoncé qu’il enverrait 20 000 cartouches d’artillerie supplémentaires à l’Ukraine, au coût de 98 millions de dollars.

Les munitions proviennent des États-Unis, le financement provenant des 500 millions de dollars réservés dans le budget fédéral 2022.

Le Canada fournit également 1 million de dollars supplémentaires pour aider les enquêtes internationales sur les crimes sexuels commis par les troupes russes en Ukraine.

OTAN : les Canadiens et les Allemands sont favorables à l'alliance, selon un sondage Nanos

POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE

Nanos et Dimap ont également demandé aux Canadiens et aux Allemands avec quels pays ils seraient à l’aise en tant que partenaires énergétiques.

Cela survient alors que plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, cherchent à se sevrer du pétrole russe. Une étude récente a révélé que l’Allemagne était le plus gros acheteur d’énergie russe au cours des deux premiers mois de la guerre en Ukraine.

L’enquête Nanos-Dimap a révélé que les Canadiens sont largement à l’aise avec l’Allemagne en tant que partenaire énergétique à 61 % des personnes interrogées.

Les Canadiens étaient également à l’aise avec l’Australie et les États-Unis comme partenaires énergétiques à 63 et 61 %, respectivement.

Les Allemands ont également une opinion favorable du Canada en tant que partenaire énergétique à 64 %.

En revanche, seulement huit pour cent des Canadiens sont à l’aise avec des pays du Moyen-Orient comme le Qatar et l’Arabie saoudite comme partenaires énergétiques, et une proportion encore plus faible est à l’aise avec l’idée de partenariats énergétiques avec la Chine ou la Russie.

“Donc, le fait que les États-Unis fassent partie du mélange n’est pas une grande surprise car nous sommes déjà des partenaires énergétiques importants”, a déclaré Nanos.

“Mais l’Allemagne est perçue comme étant tout aussi attrayante que les États-Unis ou l’Australie, et cela témoigne de l’opportunité de, en quelque sorte, plus de dialogue et de relations entre le Canada et l’Allemagne.”

Les résultats canadiens sont basés sur des sondages aléatoires téléphoniques et en ligne auprès de 1 005 personnes entre le 29 avril et le 2 mai. Les résultats sont exacts à 3,1 points de pourcentage près, 19 fois sur 20.

Les résultats allemands sont basés sur des sondages en ligne auprès de 1 055 personnes du 4 au 9 mai et sont précis à trois points de pourcentage près, 19 fois sur 20.

Avec des fichiers de Rachel Aiello, productrice de la politique en ligne de CTVNews.ca, de la Presse canadienne et de l’Associated Press

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

un + deux =