Politique

Près de 100 000 étudiants bénéficieront d’une pause sur les remboursements du CERB

Près de 100 000 étudiants invités à rembourser les prestations du CERB qu’ils ont réclamées pendant la pandémie de COVID-19 pourraient bientôt obtenir une pause.

En vertu d’un décret en conseil, adopté sans fanfare plus tôt ce mois-ci, les étudiants pourront déduire le montant qu’ils auraient pu percevoir dans le cadre du programme d’aide COVID pour les étudiants, du montant des prestations CERB qu’on leur demande de rembourser.

Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées, a déclaré que le gouvernement s’est rendu compte, lorsqu’il a suivi les paiements de prestations qu’il a effectués pendant la pandémie, que de nombreux étudiants qui ont reçu des prestations dans le cadre de la Prestation canadienne d’intervention d’urgence (CERB) auraient dû en fait demander un programme différent – ​​la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants (PCUE).

Alors que le programme CERB versait des prestations aux travailleurs qui avaient perdu leur emploi en raison de la pandémie de COVID-19, le CESB a été conçu pour aider les étudiants qui n’ont pas pu trouver d’emploi en premier lieu à cause de la pandémie.

Dans certains cas, on a dit aux étudiants qu’ils devaient rembourser des milliers de dollars en paiements CERB qu’ils avaient reçus, mais qu’il était trop tard pour demander l’allocation étudiante.

Un décret de remise, adopté par le Cabinet le 2 juin, vise à remédier à ce que Qualtrough décrit comme une « iniquité ».

“Si nous déterminons que vous devez de l’argent pour le CERB, vous pouvez vous dire, eh bien, si j’avais su que je n’étais pas éligible au CERB, j’aurais demandé l’allocation étudiante parce que je sais que j’y étais éligible”, Qualtrough a déclaré dans une interview avec CBC News. “Vous êtes la personne que nous allons aider avec cela. Vous êtes la personne pour qui nous corrigeons cette iniquité.”

Qualtrough estime que le déménagement pourrait aider environ 98 000 étudiants.

Aucun autre décret de remise en préparation : Qualtrough

Alors que les paiements du CERB s’élevaient à 2 000 $ par mois, le programme d’avantages étudiants payait 1 250 $ par mois, a déclaré Qualtrough. Elle a dit que ce montant peut maintenant être utilisé pour réduire le montant d’argent que certains étudiants sont invités à rembourser.

“Cela compensera vraiment de manière significative tout montant que les gens seront réputés devoir en remboursement du CERB.”

Lorsque le gouvernement a télégraphié pour la première fois ses plans pour résoudre le problème dans les perspectives financières de décembre dernier, il avait prévu 67,9 millions de dollars pour l’allégement de la dette.

Qualtrough a déclaré que l’adoption du décret de remise avait été retardée en partie parce que le gouvernement avait suspendu les recouvrements de trop-payés du CERB en raison de la vague Omicron de COVID-19.

“Nous avions décidé, à cause d’Omicron, de ne pas poursuivre activement la dette du CERB à ce stade”, a expliqué Qualtrough. “Alors maintenant que nous sommes revenus au point où nous suivons les individus en leur disant ce qu’ils peuvent devoir sur le CERB, nous sommes maintenant en mesure de mettre en œuvre ce décret de remise en même temps.”

Regardez: Aide en cours pour les étudiants invités à rembourser l’argent du CERB:

Près de 100 000 étudiants bénéficieront d'une pause sur les remboursements du CERB

Aide en cours pour les étudiants invités à rembourser l’argent du CERB

Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement du travail et de l’Inclusion des personnes handicapées, explique le nouveau décret de remise pour aider les étudiants à qui l’on demande de rembourser les prestations du CERB.

Pour être admissible au décret de remise, un étudiant devrait avoir demandé la PCU au plus tard le 30 septembre 2020 et ne pas avoir reçu de prestations comme la PCUE, l’assurance-emploi ou les prestations provinciales de congé parental ou de maternité en même temps. Ils doivent également répondre à l’un des trois critères suivants : ils n’ont pas pu travailler en raison de la COVID-19 ; ils cherchaient du travail; ils ont travaillé et gagné 1 000 $ ou moins avant impôt pendant la période de quatre semaines de la PCUE pour laquelle ils auraient pu faire une demande.

L’Agence du revenu du Canada a mettre en place un site web décrivant les modalités du décret de remise et un lien vers le formulaire de demande.

CBC News a demandé à l’ARC si elle informait les étudiants du décret de remise lorsqu’elle envoyait les avis de remboursement. Le porte-parole Christopher Doody dit que l’ARC ne mentionne pas l’interruption potentielle pour les étudiants dans ses avis de remboursement parce qu’elle « n’a aucun moyen d’identifier les personnes qui seraient admissibles en vertu du décret de remise ».

Si un étudiant a déjà remboursé les prestations CERB qu’il a reçues, il sera remboursé de la différence, a déclaré Qualtrough.

Qualtrough a déclaré que le gouvernement n’avait pas de plans pour le moment pour d’autres décrets de remise

Alors que le gouvernement informe certains bénéficiaires du CERB qu’ils doivent rembourser des prestations, Qualtrough a déclaré que le gouvernement “essaye désespérément de rendre cela aussi indolore que possible pour les gens” et leur permet d’effectuer des paiements sur des mois, voire des années.

“Nous essayons vraiment d’être aussi flexibles que possible, en essayant de nous assurer que … cela ne rend pas ou n’empêche pas quelqu’un de payer ses factures”, a déclaré Qualtrough, ajoutant que la majorité des personnes ont demandé de bonne foi les prestations du CERB, pensant qu’ils avaient droit au CERB.

Une pression financière

Taylan McCrea-Yu, directeur de la stratégie de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, a déclaré que son groupe était heureux de voir l’aide aux étudiants, mais croyait que le gouvernement devrait aller plus loin.

“La COVID et la crise du coût de la vie ainsi que la hausse des frais de scolarité ont obligé certains étudiants à choisir entre le remboursement d’un prêt supplémentaire, les besoins de base et leur réussite scolaire.”

L’une des anciennes étudiantes qui a reçu une lettre de remboursement en mai de l’ARC est Joanna Clark. Elle a d’abord demandé l’assurance-emploi et a plutôt reçu des prestations CERB. Maintenant, on demande à l’enseignante du primaire de rembourser 2 000 $ qu’elle n’a pas.

Clark a déclaré que le gouvernement ne l’avait pas informée du décret de remise. Elle espère y être qualifiée.

“Si cela signifie que je n’ai pas à rembourser 2 000 $, cela ferait toute la différence.”

Articles similaires