Sports

Repêchage LNH : 3 Russes sélectionnés au 1er tour au milieu des inquiétudes

Le directeur général des Ducks, Pat Verbeek, a fourni une réponse simple concernant sa décision de sélectionner le défenseur Pavel Mintyukov au 10e rang du repêchage de la LNH dans un contexte d’inquiétudes croissantes quant à la disponibilité des espoirs nés en Russie à jouer en Amérique du Nord en raison de problèmes découlant de la guerre en Ukraine.

“Le talent est indéniable”, a déclaré Verbeek peu après avoir fait la sélection jeudi soir. « Nous cherchons à faire avancer notre franchise dans la bonne direction, vers la victoire de la Coupe Stanley, et nous pensons que ce joueur va vraiment nous aider à y arriver.

Verbeek n’était pas le seul à penser à une soirée où trois Russes ont été sélectionnés parmi les 32 choix, alors que les six dernières rondes du repêchage à Montréal se déroulaient vendredi.

Suite à la sélection de Mintyukov, les Capitals de Washington choisissent l’attaquant Ivan Miroshnichenko 20e, suivi du Wild du Minnesota prenant l’ailier droit Danila Yurov quatre choix plus tard.

Tous les trois ont assisté au repêchage et devaient participer au premier tour, bien que des questions ont été posées quant à savoir si leur stock de repêchage pourrait chuter en raison des restrictions de voyage à l’intérieur et à l’extérieur de la Russie et de la Biélorussie et de l’absence d’accord de transfert entre la LNH et la Ligue de hockey continentale basée en Russie.

Le directeur du Bureau central de dépistage de la LNH, Dan Marr, est allé jusqu’à dire qu’une simulation de repêchage menée par son personnel s’est terminée par l’exclusion des Russes du premier tour pour la première fois depuis 2005.

Les craintes se sont encore accrues la semaine dernière, lorsque L’espoir gardien des Flyers de Philadelphie Ivan Fedotov a été soudainement affecté à une base militaire éloignée dans le nord de la Russie, selon l’agent du joueur, JP Barry. Sélectionné en septième ronde du repêchage de 2015, Fedotov a signé avec les Flyers en mai après avoir terminé son contrat avec le CSKA Moscou dans la KHL.

La situation de Miroshnichenko est plus compliquée car sa saison junior en Russie a été écourtée après avoir reçu un diagnostic de lymphome de Hodgkin en mars. Il a depuis été autorisé à reprendre le jeu.

“Juste un sentiment formidable. Une si belle organisation », a-t-il déclaré par l’intermédiaire d’un interprète.

Le directeur général des Capitals, Brian MacLellan, a déclaré que lui et son personnel étaient « plutôt à l’aise » dans la sélection de Miroshnichenko après avoir demandé aux médecins de l’équipe d’examiner le rapport médical du joueur.

“Nos gars pensaient que l’avantage valait la peine de prendre le risque encouru. C’est un très bon joueur », a déclaré MacLellan. “J’espère que ça marchera et que nous avons un très bon joueur entre nos mains.”

Bien qu’il y ait toujours eu un risque que les joueurs russes choisissent de rester chez eux, le désir de Mintyukov de jouer contre l’Amérique du Nord était plus clair après avoir passé la saison dernière avec Saginaw de la Ligue de hockey de l’Ontario.

Bien que Miroshnichenko et Yurov n’aient joué qu’en Russie, ils ont été sélectionnés par des équipes ayant une histoire de sélection et de développement de Russes.

La guerre en Ukraine et le statut des joueurs russes en Amérique du Nord sont devenus des sujets sensibles dans la ligue. Plusieurs agents qui représentent des joueurs russes ont refusé de commenter, tandis que le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a choisi ses mots avec soin lorsqu’il a abordé la question jeudi.

Il a réitéré que la LNH n’avait donné aucune directive aux équipes quant à savoir si elles pouvaient ou non recruter des joueurs russes. Il a ensuite évité une question concernant la ligue craignant que les joueurs ne soient autorisés à partir lors d’un voyage en Russie.

“Je pense que ce n’est probablement pas une bonne idée pour nous ou les clubs de s’impliquer dans la politique de ce qui se passe en Russie”, a déclaré Bettman.

“Je ne veux rien dire qui pourrait être mal interprété ou provoquer une inflammation d’une situation sensible”, a-t-il ajouté. “Les joueurs russes qui résident toujours en Russie doivent s’assurer qu’ils prennent les meilleures décisions possibles pour eux-mêmes et leurs familles.”

___

AP Hockey Writer Stephen Whyno a contribué à cette histoire.

___

Plus AP LNH : https://apnews.com/hub/nhl et https://twitter.com/AP_Sports

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Articles similaires