News

Retour importun du convoi | L’étoile

Les dirigeants du Freedom Convoy, qui a occupé Ottawa l’hiver dernier et menacent de le faire à nouveau pendant la fête du Canada, insistent toujours sur le fait que la manifestation porte sur les libertés civiles, sur la garantie du droit de chacun d’être libre de l’intrusion du gouvernement dans sa vie personnelle et son intégrité physique .

Trois développements distincts ont remis en question ce récit intéressé et soulèvent de sérieuses questions sur les motivations de ceux qui soutiennent le convoi, en particulier lorsque ces partisans se trouvent être élus députés.

Premièrement le Commission populaire d’Ottawa – un groupe ad hoc créé par des résidents locaux – a commencé lundi son propre examen de la manifestation. La commission examine spécifiquement l’impact sur les résidents d’Ottawa, un membre faisant remarquer qu’il ne s’agissait pas de liberté mais « c’était exactement le contraire, c’était plutôt un blocus, une perturbation incessante faite de klaxons, de vapeurs et de symboles haineux ».

Deuxièmement, le Service de police d’Ottawa, qui a fait l’objet de vives critiques pour sa réticence à démanteler le convoi, semble déterminé à ne pas permettre une répétition des perturbations de l’hiver dernier. Lors d’une conférence de presse lundi, le chef par intérim Steve Bell a déclaré: “Nous avons parlé avec des membres de la communauté et des entreprises et nous sommes très conscients du traumatisme persistant.”

Troisièmement, selon un étude publié lundi dans le Canadian Medical Association Journal, le Canada s’en est bien mieux sorti que de nombreux pays comparables tout au long de la pandémie, probablement en raison des mesures de santé publique relativement strictes du Canada – les mesures mêmes auxquelles le convoi s’oppose.

Les chercheurs ont comparé le Canada à 10 pays industrialisés similaires – la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, le Japon, les Pays-Bas, la Suède, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis – et ont constaté que nous avions les taux de vaccination les plus élevés et le deuxième plus bas (après le Japon) les taux d’infection et de mortalité.

Encore plus dramatique, les chercheurs ont noté que si le Canada avait connu le taux d’infection de la France, nous aurions eu 8,75 millions de cas supplémentaires de COVID-19. Et si nous avions connu les taux de vaccination et de mortalité aux États-Unis, 5,9 millions de personnes de moins seraient vaccinées et 68 800 Canadiens de plus seraient décédés.

Loin de garantir les libertés civiles pour tous, le convoi semble donc plus intéressé à faire des ravages sur la santé publique, tout en causant d’importants dommages économiques et psychologiques. Qui, pourriez-vous demander, soutiendrait une telle chose ?

Malheureusement, la réponse est une importante minorité du Parti conservateur fédéral. Le favori de la direction, Pierre Poilievre, a exprimé à plusieurs reprises son soutien à la manifestation, déclarant lors d’un débat à la direction des conservateurs qu’il soutenait fièrement les camionneurs «respectueux des lois».

Et la semaine dernière, plus de 20 députés conservateurs ont rencontré des chefs de convoi, dont le porte-parole Tony Marazzo et l’ancien responsable de l’administration Trump, Paul Alexander, qui ont soutenu une stratégie de développement immunité collective aux États-Unis La réunion aurait inclus des discours opposés aux mandats de vaccins et de masques et s’est terminée par un certain nombre de députés prenant des photos avec et exprimant leur soutien aux chefs de convoi.

Certes, tous les membres du parti ne partagent pas l’avis des députés. Certains ont exprimé des inquiétudes, en particulier l’ancienne chef du Sénat conservateur, Marjory LeBreton, qui a déclaré à Global’s L’édifice de l’Ouest que l’étreinte du convoi par Poilievre pourrait déchirer le parti.

Il serait donc sage que le Parti conservateur clarifie sa position. Il est acceptable, admirable en fait, d’exprimer un soutien fort aux libertés civiles et à la manifestation pacifique. Mais si le parti se soucie de son avenir, il se réunira et dira aux organisateurs que le convoi et ses actions anarchiques et ses opinions anti-science ne sont pas les bienvenus cet été, ni n’importe quand.

Et si les Canadiens se soucient de notre avenir collectif, nous ferons tous de même.

Articles similaires