Sports

“Roar By the Shore” fait son retour

Le «Roar by the Shore» revient alors que la série NTT IndyCar effectue son premier voyage au nord de la frontière depuis 2019 pour le Honda Indy Toronto de ce week-end.

Si vous n’êtes pas au courant, vous aurez peut-être l’impression de vous présenter à cette scène depuis CommunautéTroy récupère la pizza et retourne au chaos complet. Oui, c’est la chronologie la plus sombre car il y a eu des drames épicés sur et hors de la piste … et tout se dirige vers une trajectoire de collision sur le circuit de rue Exhibition Place à Toronto. Des moments de plaisir!

Voici ce que vous devez savoir avant que le drapeau vert ne tombe pour la course de dimanche.

Palou et Ganassi font des étincelles devant le TO

J’espère que vous avez un sac de pop-corn prêt pour celui-ci.

Chip Ganassi Racing a annoncé mardi qu’il exerçait son option d’équipe pour conserver Alex Palou pour l’année prochaine, avec une citation du champion en titre de la série IndyCar lui-même. Croustillant et propre, non ? Pas si vite, a déclaré Palou, qui s’est adressé à Twitter pour expliquer que ce n’était pas vrai, que la citation ne venait pas de lui et qu’il avait déjà informé l’équipe qu’il quittait après la fin de la saison.

Si ce n’est pas assez dramatique, Arrow McLaren SP a annoncé quelques minutes plus tard elles ou ils avait signé Palou pour la saison prochaine.

L’agence libre est appelée saison idiote pour une raison, mais même ainsi, c’était un ensemble de circonstances insensées.

Palou, qui est quatrième au classement, prévoit de terminer la saison avec Ganassi alors qu’il cherche à défendre le championnat, cependant, vous devez vous demander comment les choses se dérouleront réellement à partir de Toronto compte tenu de la façon dont tout s’est déroulé plus tôt cette semaine.

Les coéquipiers de Palou, Marcus Ericsson et Scott Dixon, sont également à surveiller ce week-end.

Ericsson est en tête du classement grâce à son impressionnante victoire à l’Indy 500 et a depuis terminé dans le top sept des trois courses.

Dixon est le leader actif des victoires avec 51 victoires en course dont trois à Toronto. Un autre drapeau à damier et Dixon égaliseront le légendaire Mario Andretti pour la deuxième place sur la liste des victoires de tous les temps. Bien que Dixon n’ait pas encore gagné cette saison – ce qui est considéré comme une sécheresse pour lui – il est toujours sixième aux points avec une troisième place à Detroit.

Andretti Autosport s’entendra-t-il ?

Lorsque nous avons quitté nos héros pour la dernière fois il y a deux semaines à Mid-Ohio, l’effondrement d’Andretti Autosport entre Alexander Rossi et Romain Grosjean était le plus gros scénario. Qui pensait que cela serait usurpé? (Baissez vos mains, menteurs.)

Il y avait déjà des rapports de tension frémissante entre les deux et les choses ont rapidement atteint un point d’ébullition lorsque les anciens pilotes de Formule 1 se sont emmêlés sur la piste du Mid-Ohio et tout le long du parcours. Plus tard dans la course alors que Rossi restait en tête et dans le tour de tête, Grosjean a refusé de suivre les ordres de l’équipe pour aider à protéger son coéquipier.

Bien que Rossi ait qualifié tout cela d ‘”incident de course”, Grosjean était moins indulgent et a qualifié Rossi d ‘”idiot absolu” après la course.

Rossi est le meilleur pilote de l’équipe au classement à la huitième place mais curieusement comme Palou, il quitte également son équipe pour rejoindre Arrow McLaren SP la saison prochaine. Rossi a terminé deux fois sur le podium à Toronto, dont en 2019 où il est arrivé troisième.

Grosjean, qui courra à Toronto pour la première fois de sa carrière, est en 14e position du classement bien qu’il ait affiché des résultats favorables sur les parcours urbains cette saison avec un P5 à Saint-Pétersbourg et une deuxième place à Long Beach.

L’expérience de Penske est-elle la pointe?

Étant donné que c’est la première fois que des pilotes IndyCar sillonnent les rues de Toronto en trois ans, vous voudrez peut-être pécher par excès d’expérience lorsqu’il s’agit de choisir des favoris pour gagner.

C’est une bataille d’usure sur la piste avec plus que sa juste part de précautions car une petite erreur comme le blocage de vos freins pourrait vous mettre directement dans la barrière de béton. La piste est également sujette à l’usure quotidienne des automobilistes, ce qui en fait l’une des plus cahoteuses de la série.

Cela dit, vous voudrez peut-être porter votre attention sur le pilote de l’équipe Penske Will Power, qui a remporté trois fois à Toronto – le plus récemment en 2016. Power est également deuxième du championnat avec une victoire à Detroit et trois podiums dont P3 à Saint-Pétersbourg.

Son coéquipier de Penske, Josef Newgarden, est un autre joueur à surveiller pour des raisons similaires, puisqu’il a gagné deux fois à Toronto et qu’il est juste derrière Power, troisième au classement. Newgarden compte trois victoires cette saison, dont le circuit urbain de Long Beach.

Scott McLaughlin complète le tiercé Penske et même si c’est peut-être sa première course à Toronto, le triple champion V8 Supercars a de l’élan après sa victoire à Mid-Ohio. McLaughlin a également été victorieux à St. Petes, depuis la pole position, pour commencer la saison.

Gardez un œil sur les qualifications

Historiquement, il vaut mieux attendre de voir qui s’assurera la première place lors de la séance de qualification de samedi.

Huit fois, un pilote a remporté la pole position à Toronto, dont le plus récent vainqueur Simon Pagenaud en 2019. Il semble y avoir un avantage à commencer en première ligne malgré tout avec autant de gagnants venant de P2 comme Dixon en 2018.

Si vous recherchez un long coup pour gagner, vous ne voudrez peut-être pas vous aventurer aussi loin sur la grille. Personne n’a remporté la course plus loin qu’une position de départ de 13e lorsque Michael Andretti a remporté sa septième victoire record à Toronto en 2001. Même alors, c’était tout à fait aberrant puisque seuls deux autres pilotes ont gagné à partir de positions de départ à deux chiffres à Toronto. avec Mike Conway en 2014 et Josef Newgarden en 2015, tous deux remportant des victoires de P11.


Source link

Articles similaires