Politique

Si Merrick Garland avait le courage de ses convictions…

Ben Gerson : « Le ministère américain de la Justice n’est pas une agence indépendante, comme la Securities and Exchange Commission ou la Federal Trade Commission. Son chef, le procureur général, n’est pas seulement l’avocat en chef du pays. Il est membre du Cabinet, qui a été créé pour conseiller le président sur toutes sortes de choses, y compris la sécurité nationale, la principale responsabilité du président. Le ministère de la Justice lui-même a une division de la sécurité nationale. Une autre de ses divisions est le Federal Bureau of Investigation.

«De toute évidence, le procureur général Merrick Garland a toujours su tout cela. Néanmoins, face à une menace organisée et multiforme à la sécurité nationale – impliquant le détournement de secrets d’État par le président Donald Trump, des tentatives de renverser des élections équitables et, finalement, l’affaiblissement de la position internationale de ce pays – les actions de Garland, ou plutôt son long schéma d’inaction, suggère une déférence envers d’autres faits et considérations. Garland a continué à tergiverser, apparemment à la recherche d’un niveau de preuve exorbitant qui pourrait enfin convaincre les partisans de Donald Trump que leur héros est un criminel.

Articles similaires