Somalie. Une famine dans la Corne de l’Afrique menace après une sécheresse record, prévient l’ONU

Des centaines de milliers de personnes sont au bord de la famine au milieu d’une sécheresse record en Afrique, les experts avertissant qu’une famine généralisée se profile.

Un porte-parole des Nations Unies et des travailleurs humanitaires ont averti que la malnutrition en Somalie faisait plus de victimes que jamais, appelant à une intervention immédiate des puissances internationales.

Dans un message adressé aux dirigeants du G7, le directeur régional du Programme alimentaire mondial pour l’Afrique de l’Est, Michael Dunford, a déclaré que les gouvernements occidentaux devaient faire des dons pour aider d’innombrables enfants mourant dans les bras de leur mère.

Les travailleurs humanitaires sur le terrain sont débordés alors que les villageois sont contraints de déraciner leur vie et de fuir leurs maisons après que de mauvaises pluies ont détruit les récoltes et tué le bétail.

Lorsque les pluies ont manqué pour une quatrième saison consécutive le mois dernier, les agences d’aide de l’ONU et les météorologues ont averti qu’une famine se profilait non seulement en Somalie, mais aussi au Kenya et en Éthiopie.

“Nous avons besoin d’argent et nous en avons besoin maintenant”, a déclaré M. Dunford.

« Serons-nous capables d’éviter [widespread famine in Somalia]?

« À moins qu’il n’y ait… une mise à l’échelle massive à partir de maintenant, ce ne sera pas possible, très franchement. Le seul moyen, à ce stade, est qu’il y ait un investissement massif dans l’aide humanitaire, et que toutes les parties prenantes, tous les partenaires, se réunissent pour essayer d’éviter cela.

“Malheureusement, je ne le vois pas ralentir. Au contraire, cela semble s’accélérer.

Quelque 7,1 millions de Somaliens, soit près de la moitié de la population, luttent contre la faim, dont plus de 200 000 au bord de la famine, a déclaré l’ONU la semaine dernière.

Claire Sanford, directrice humanitaire adjointe de Save the Children, a déclaré avoir rencontré des mères dévastées lors d’une récente visite dans le pays.

“Je peux honnêtement dire qu’au cours de mes 23 années de réponse à la crise humanitaire, c’est de loin le pire que j’ai vu, en particulier en termes de niveau d’impact sur les enfants”, a-t-elle déclaré.

“La famine dont mes collègues et moi avons été témoins en Somalie s’est aggravée encore plus vite que nous ne le craignions.”

Pour de nombreux Somaliens comme Arbay Mahad Qasim, qui a survécu grâce aux dons du gouvernement ces derniers mois, la catastrophe a déjà frappé.

Deux de ses enfants sont morts de faim au cours des 18 derniers mois, et elle craint d’en perdre un troisième alors que son tout-petit Ifrah, souffrant de malnutrition, attend des soins dans un hôpital de Mogadiscio.

À peine sortie de l’adolescence, Qasim fait partie des dizaines de parents fatigués qui se pressent à l’hôpital Banadir Maternity & Children, qui est devenu le point zéro de la crise de famine qui balaie la Somalie alors qu’une sécheresse record frappe la Corne de l’Afrique.

Lorsque le corps minuscule d’Ifrah, deux ans, a commencé à gonfler, montrant des symptômes de malnutrition sévère, Qasim n’a pas perdu de temps, passant une journée à se rendre à Mogadiscio depuis son village du sud-ouest dans une tentative désespérée de sauver la vie de son plus jeune enfant.

L’établissement de Banadir est bondé de parents qui craignent le pire pour leurs enfants.

Certains ont marché pendant des jours pour trouver de l’aide, portant leurs tout-petits malades et squelettiques sur le dos.

Beaucoup ont déclaré à l’AFP qu’ils n’avaient jamais enduré une crise d’une ampleur aussi terrifiante, faisant écho aux avertissements des climatologues qui disent que la sécheresse sans précédent est la pire jamais vue depuis quatre décennies.

« Les récoltes ont échoué. Nous avons perdu le bétail. La rivière s’est asséchée », a déclaré Khadija Mohamed Hassan, dont le fils de 14 mois, Bilal, fait partie des personnes admises à l’établissement de Banadir.

« J’ai 45 ans et je n’ai jamais vu une sécheresse aussi dévastatrice de ma vie. Nous vivons dans les pires conditions de notre temps.

Les agents de santé sont déjà débordés, le docteur Hafsa Mohamed Hassan ayant déclaré à l’AFP que le nombre de patients arrivant au centre de stabilisation de Banadir pour malnutrition avait triplé depuis le début de la sécheresse, entraînant une pénurie de lits certains jours.

“Les cas que nous recevons incluent des enfants souffrant d’autres complications de santé comme la rougeole aiguë et d’autres qui sont dans le coma en raison d’une malnutrition sévère”, a-t-elle déclaré.

La situation est à un point critique, a déclaré Bishar Osman Hussein de l’organisation à but non lucratif Concern Worldwide, qui soutient le centre de Banadir depuis 2017.

“Entre janvier et juin de cette année, le nombre d’enfants admis au centre de stabilisation de l’hôpital de Banadir souffrant de malnutrition sévère et d’autres complications est passé de 120 à 230 par mois”, a-t-il déclaré à l’AFP.

La Somalie, ravagée par le conflit, est particulièrement mal équipée pour faire face à la crise, une insurrection islamiste acharnée limitant l’accès humanitaire à certaines parties du pays.

Pendant ce temps, les appels à l’aide sont largement passés inaperçus, les agences collectant moins de 20% des fonds nécessaires pour empêcher une répétition de la famine de 2011 qui a tué 260 000 personnes, dont la moitié étaient des enfants de moins de six ans.

“Nous ne pouvons pas attendre une déclaration de famine pour agir”, a déclaré lundi El-Khidir Daloum, directeur national du Programme alimentaire mondial en Somalie, dans un communiqué, mettant en garde contre une course contre la montre.

Alors que l’aide humanitaire est insuffisante, le président nouvellement élu de la Somalie, Hassan Sheikh Mohamud, a exhorté les Somaliens à aider leurs concitoyens.

“Quiconque a une assiette de nourriture sur sa table aujourd’hui doit penser à l’enfant qui pleure quelque part à cause de la faim et l’aider de toutes les manières possibles”, a-t-il déclaré lors d’une récente visite dans un camp abritant des communautés déplacées par la sécheresse.

De retour à l’hôpital de Banadir, Khadija Mohamed Hassan veille anxieusement sur le petit Bilal, son corps osseux en désordre de tubes et de bandages.

“Nous sommes ici depuis 13 jours, et il a l’air mieux maintenant”, a-t-elle déclaré.

Publié à l’origine sous le titre “Le pire que j’aie jamais vu”: la famine menace dans la Corne de l’Afrique après une sécheresse record

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

cinq − trois =