News

Temps d’écran pour les enfants : nouvelles directives des médecins canadiens

TORONTO-

La Société canadienne de pédiatrie a abandonné l’établissement de limites de temps fermes pour l’utilisation des écrans chez les tout-petits et les enfants d’âge préscolaire, encourageant plutôt les parents à privilégier le matériel éducatif, interactif et adapté à l’âge.

De nouvelles directives publiées jeudi matin recommandent toujours de ne pas utiliser d’écrans pour les enfants de moins de deux ans, sauf pour discuter par vidéo avec d’autres, comme les grands-parents.

Mais une recommandation précédente visant à limiter les enfants de deux à cinq ans à une heure par jour de temps d’écran a été abandonnée alors que le groupe de médecins réévalue notre relation changeante avec la technologie.

La pédiatre de Calgary, la Dre Janice Heard, membre du groupe de travail sur la santé numérique du groupe, affirme que les parents feraient mieux de se concentrer sur la réduction de l’utilisation passive des écrans, la co-vision avec les enfants et la modélisation du comportement souhaité.

“La meilleure chose qu’ils puissent faire pour leur enfant est d’interagir avec eux en tête-à-tête, s’ils le peuvent”, déclare Heard, soupçonnant que les blocages pandémiques ont inversé l’élan pré-COVID-19 pour freiner l’utilisation des écrans parmi les différents groupes d’âge.

“Ensuite, ils réduiront naturellement le temps que leurs enfants passent sur les écrans lorsqu’ils reconnaîtront que cela ne leur apprend rien, que cela ne les aide pas d’une manière particulière. Et pour les très jeunes enfants, c’est en fait assez nocif.”

Heard dit que les écrans eux-mêmes ne sont pas mauvais en soi, mais qu’ils déplacent les activités qui sont essentielles au développement de l’enfant. Elle dit que l’utilisation excessive d’écrans pour les jeunes enfants peut interférer avec le développement du langage, le comportement prosocial et le fonctionnement exécutif.

Les nouvelles directives mettent l’accent sur quatre principes : minimiser, atténuer, utiliser consciencieusement et modéliser une utilisation saine des écrans.

Mais c’est l’abandon des délais recommandés qui, espère Heard, encouragera les parents et les familles à établir activement des limites à la consommation passive et à examiner quand, comment et pourquoi ils autorisent l’utilisation d’écrans pour les jeunes enfants.

Heard dit que les mêmes principes peuvent être extrapolés aux enfants plus âgés et aux adolescents, pour lesquels la société pédiatrique a publié des directives similaires en 2019 qui encourageaient les limites basées sur l’enfant individuel, sans limites de temps difficiles.

Les délais imposés par la société de pédiatrie sont depuis longtemps une source de stress pour de nombreuses familles qui ne savent pas ce qui est acceptable, explique Natalie Coulter, directrice de l’Institut de recherche sur la littératie numérique de l’Université York.

“Cela suppose une réelle simplicité de ‘bon moment’ et de ‘mauvais moment.’ Même essayer (de définir) ce qu’est un écran devient difficile”, explique Coulter, professeur agrégé en études de la communication et des médias.

“Il y a maintenant une ligne très floue entre le monde réel et le monde numérique. Il n’y a plus de description claire. Si vous allez à l’école via un écran, est-ce que c’est l’heure de l’écran ? Est-ce réel ou numérique ?”

Coulter fait partie d’un groupe de recherche qui a interrogé des parents d’enfants âgés de 4 à 12 ans sur l’utilisation des écrans pendant la pandémie. L’étude comprend 15 familles au Canada, ainsi que d’autres en Australie, en Colombie, en Corée du Sud, au Royaume-Uni, en Chine et aux États-Unis.

Le stress sur la façon de respecter les recommandations d’écran était un thème commun, dit-elle, et la notion de délais imposés est dépassée.

“Les parents subissent tellement de pression et tellement de culpabilité. C’est un peu irréaliste et cela ne fait qu’ajouter à une sorte de sentiment parental de ne pas être assez bon”, déclare Coulter.

“J’ai deux filles (et) j’ai du mal avec ça, ce n’est pas comme si j’avais ces réponses brillantes. Mais je pense que, comme pour tout, dès que vous posez des règles binaires très strictes, cela ferme un peu le dialogue. bit.”

Matthew Johnson, directeur de l’éducation du groupe MediaSmarts basé à Ottawa, reconnaît une corde raide en matière de messagerie. Il a participé à la rédaction des nouvelles directives en tant que membre du groupe de travail sur la santé numérique de la société pédiatrique et note que se concentrer sur les méfaits peut nuire aux conseils constructifs sur la façon de développer l’éducation aux médias.

“Il existe également un risque que si une directive sur le temps d’écran semble irréaliste, elle sera simplement ignorée”, déclare Johnson.

“Cela donnera l’impression que si vous ne pouvez pas atteindre cette ligne directrice, parce que c’est trop irréaliste, alors vous ne pouvez rien faire pour gérer le rôle des écrans dans votre famille. Je pense qu’il est beaucoup plus utile de donner des stratégies aux parents pour établir des usages positifs et des relations positives avec les écrans.”

Les nouvelles directives encouragent également les pédiatres à discuter de l’utilisation des écrans lors des visites de routine, Heard s’inquiétant du fait que trop peu de familles avec lesquelles elle a parlé semblent être conscientes des risques liés aux écrans.

“Je leur poserai la question : combien de temps d’écran votre enfant passe-t-il ? “Oh, eh bien, probablement une heure avant l’école, quelques heures après l’école, puis le soir, et ils ont leur téléviseur dans leur chambre », dit-elle.

“Et je pense juste, ‘Oh, mon garçon, nous n’avons pas fait un bon travail d’éducation de nos jeunes parents.”‘

Même de petits changements peuvent avoir un effet important sur les familles désireuses de limiter l’utilisation des écrans, dit-elle, suggérant des moments de la journée sans écran, des zones sans écran à la maison et se tournant vers les livres et l’artisanat comme alternatives.

“Ce n’est pas comme s’ils devaient changer toute leur vie. Mais même faire une chose leur permet d’améliorer les résultats de ce qui va se passer avec leurs enfants”, déclare Heard.

“(Au) CPS, nous sommes tous des parents aussi, nous comprenons tous. Nous voulons être en mesure de donner aux gens des choses concrètes qu’ils peuvent faire et qui feront une différence qui ne perturbera pas complètement leur vie. “


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 24 novembre 2022.

Articles similaires