Tout ce que vous détestez chez Apple pourrait changer grâce à la fuite d’un projet de loi européen

TL;DR

  • L’UE travaille sur un projet de loi qui ciblerait les entreprises «gardiennes».
  • Le projet de loi pourrait obliger Apple à ouvrir ses services et à travailler avec des concurrents.
  • Cela pourrait avoir des changements spectaculaires pour les produits Apple tels que iMessage, FaceTime, etc.

Un projet de loi faisant son chemin dans l’Union européenne pourrait entraîner des problèmes majeurs pour Apple, mais apporter des changements bienvenus pour tous les autres.

L’UE a une réputation bien établie pour s’attaquer aux Big Tech, prenant souvent des mesures que les États-Unis refusent de prendre dans l’intérêt de la protection des consommateurs. L’UE poursuit actuellement une législation – la loi sur les marchés numériques (DMA) – qui obligerait Apple à ouvrir la plupart de ses services et à commencer à jouer avec les autres.

MacRumeurs a eu accès à une copie divulguée de la version “finale” du DMA, et elle correspond en grande partie à ce qui était connu auparavant. Le DMA est conçu pour cibler les entreprises « gardiennes », telles que celles qui exploitent une plate-forme ou un service. De par sa nature même, la législation aurait un effet significatif sur une entreprise comme Apple, qui est connue pour créer tout un écosystème de services.

Voir également: Pourquoi iMessage est si important

Dans le cadre des nouvelles modifications apportées au DMA, l’un des plus grands services qu’Apple serait obligé de modifier est iMessage. La législation obligerait les entreprises à faire fonctionner leurs applications de messagerie, d’appel vocal et de visioconférence avec des services concurrents. La messagerie texte est devenue un point de frustration croissant pour les utilisateurs d’Android et d’iOS, grâce au refus d’Apple de faire fonctionner son service iMessage avec Android ou même le protocole de services de communication riches (RCS) indépendant de la plate-forme. En vertu de la nouvelle législation, l’entreprise pourrait enfin être obligée de changer cela, ainsi que de travailler avec WhatsApp, Signal et d’autres services. De même, FaceTime devrait fonctionner avec des services concurrents comme Google Meet ou Zoom.

Un autre ajout majeur à la dernière version du DMA concerne l’utilisation des moteurs de navigation. Apple est bien connu pour forcer les fabricants de navigateurs tiers à utiliser le moteur de rendu WebKit intégré à iOS. En conséquence, les versions iPhone et iPad de Firefox, Brave, Chromium, Opera, Edge et autres ne sont que des wrappers d’interface au-dessus du même moteur que Safari utilise. Cela limite considérablement la quantité d’innovation que les développeurs tiers peuvent offrir à leurs utilisateurs. Le DMA interdirait cette restriction, laissant aux développeurs la liberté d’utiliser le moteur de navigation de leur choix.

Lire la suite: iOS contre Android

Un troisième changement majeur apporté par le DMA est d’offrir aux utilisateurs un choix d’assistants virtuels par défaut. Alors que de nombreux utilisateurs finissent par installer une autre option à une date ultérieure, de nombreux autres utilisateurs n’ont aucune idée que c’est même une possibilité. Selon les nouvelles règles, les entreprises seraient tenues d’offrir à leurs utilisateurs un choix lors de la configuration d’un nouvel appareil.

Il existe plusieurs autres fonctionnalités qui profiteraient aux utilisateurs, notamment l’ouverture de systèmes de paiement intégrés, permettant aux clients de sélectionner les applications qu’ils souhaitent utiliser lors de la configuration et empêchant les entreprises de favoriser leurs propres applications et services par rapport à ceux de leurs concurrents.

Conformément à la tradition de l’UE de veiller aux intérêts des consommateurs, le non-respect de la DMA entraînerait de lourdes sanctions. Les entreprises pourraient être condamnées à une amende pouvant aller jusqu’à 10 % de leur chiffre d’affaires annuel mondial, tandis que les récidivistes pourraient être contraints de céder une partie de leur activité.

Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, estime que le DMA pourrait entrer en vigueur dès octobre. Alors que le DMA ne s’appliquerait qu’au sein de l’UE, nous espérons que le respect de la législation exigerait tellement d’efforts qu’Apple et d’autres sociétés mettront en œuvre les changements dans le monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatre + onze =