Sante

Trop peu d’infirmières signifie que les urgences de l’hôpital Mount Forest fermeront dans la nuit samedi et dimanche

Le service des urgences de l’hôpital de Mount Forest, en Ontario, sera fermé pendant la nuit de samedi et de dimanche en raison de “lacunes importantes dans la couverture des soins infirmiers”, a déclaré North Wellington Health Care.

De plus, une éclosion de COVID-19 à l’hôpital Louise Marshall exerce une pression supplémentaire sur le système, a déclaré la présidente-directrice générale de l’hôpital, Angela Stanley.

“Notre dotation en personnel tout au long de l’été sur nos sites a été précaire”, a déclaré Stanley à CBC News.

“Notre personnel, tous les prestataires cliniques, prestataires de soins directs et prestataires de soins indirects, sont extrêmement fatigués. Ils se sacrifient depuis plus de deux ans maintenant en termes d’abandon de vacances, de temps passé avec leur famille et leurs amis. Et ils travaillent un quantité importante d’heures supplémentaires, s’occupant de patients qui arrivent beaucoup plus malades.”

Stanley a déclaré que la décision n’avait pas été prise à la légère, mais après avoir réalisé qu’il y avait des lacunes importantes dans le personnel, l’hôpital s’est rendu compte qu’il aurait besoin de réduire les heures.

Le service des urgences de l’hôpital fermera à 17 h HE le samedi et rouvrira à 7 h le dimanche. Il fermera à nouveau dimanche à 17 h et rouvrira à 7 h le lundi.

Les services d’urgence à proximité se trouvent à Palmerston, à 20 minutes en voiture, à Durham, à 23 minutes, ou à Listowel, à 32 minutes de route de Mount Forest.

Dernier hôpital à réduire ses heures

Mount Forest est la dernière d’une série de fermetures ou de réductions de services d’urgence à travers l’Ontario. Cela survient après que Santé Ontario a publié de nouveaux chiffres qui montraient des temps d’attente et des volumes de patients record dans les services d’urgence de la province en mai.

Le service des urgences de l’hôpital public Clinton a fermé temporairement tout au long de la longue fin de semaine de la fête du Canada en raison de la pénurie d’infirmières et de médecins. Cette semaine, il a eu des heures limitées. Il était ouvert mardi de 8h à 14h

L’hôpital communautaire de Seaforth a également réduit les heures d’ouverture des services d’urgence cette semaine. Il est ouvert de 7 h à 17 h les mardi, mercredi et jeudi, indique le site Web de la Huron Perth Healthcare Alliance.

Une camionnette à rayures jaunes et rouges est garée devant un panneau indiquant urgence.
Le service des urgences de l’hôpital de Mount Forest n’est que le dernier dans le sud de l’Ontario à annoncer une réduction des heures en raison d’une pénurie de personnel. (Mike Symington/CBC)

De plus, les hôpitaux de Wingham, Listowel et Chesley ont réduit leurs heures d’ouverture le week-end dernier.

“Tous les efforts pour trouver du personnel pour le service des urgences ont été entrepris sans succès”, a déclaré le South Bruce Grey Health Center sur son site Web à propos de l’hôpital de Chesley.

Mary Cardinal, vice-présidente, personnes et directrice générale de la qualité chez Huron Perth Healthcare Alliance, a déclaré dans un communiqué sur le site Web qu’elle avait entendu des inquiétudes concernant la réduction des services.

“Ce ne sont pas des incidents isolés et les hôpitaux de toute la province font face aux mêmes défis”, a déclaré Cardinal.

Jimmy Trieu, président et chef de la direction de l’hôpital Alexandra Marie and General de Goderich et de la South Huron Hospital Association, a déclaré qu’un problème est qu’au cours des quatre dernières années, de nombreux travailleurs de la santé ont pris leur retraite et qu’un membre du personnel hospitalier sur cinq dans la province est plus de 50 ans. Ceux qui ont quitté la profession ont cité la pandémie et l’épuisement professionnel comme principales raisons.

“Ce sera un été difficile en raison des pressions sur le personnel”, a déclaré Trieu dans le communiqué de presse.

Blâmer les mandats de vaccins “détournant” des vrais problèmes: PDG

Stanley a convenu qu’il ne s’agissait pas d’une situation isolée et que la dotation en personnel était un problème avant même la pandémie de COVID-19.

“Il existe depuis un certain nombre d’années. Le COVID n’a fait qu’exacerber les problèmes auxquels nous sommes confrontés”, a-t-elle déclaré.

Stanley a noté qu’elle avait entendu des gens dire que les hôpitaux devraient embaucher du personnel de santé qui a choisi de ne pas se faire vacciner contre le COVID-19, mais dit que ce n’est pas le problème.

“Nous n’avons eu qu’une seule infirmière qui a choisi de partir à cause du vaccin obligatoire. Ce n’est donc vraiment pas un problème”, a déclaré Stanley.

“Je pense que cela détourne les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Nous perdons du temps à en parler alors qu’en fait nous devrions résoudre des problèmes et parler de ce que nous savons qui cause ces postes vacants, le roulement et la sortie du personnel de la santé se soucier.”

Stanley a demandé à la communauté son soutien continu et sa patience dans les semaines à venir.

“Nous rencontrons de plus en plus de préoccupations et de comportements de la part des patients que nous voyons qui ajoutent au stress de nos cliniciens et essaient de prendre soin d’eux”, a-t-elle ajouté.

“La plus grande chose que je puisse demander, surtout ce week-end en ce moment, c’est de la patience et un soutien continu.”

Articles similaires