Un joueur du PSG critiqué pour avoir raté le match de la journée anti-homophobie

Un groupe luttant contre l’homophobie dans le football a appelé la ligue française et le Paris Saint-Germain pour demander au joueur Idrissa Gueye des explications après avoir raté un match la semaine dernière au milieu d’informations selon lesquelles il aurait refusé de jouer parce qu’il ne voulait pas porter un arc-en-ciel. numéro au dos de son maillot.

Le milieu de terrain sénégalais s’est rendu avec ses coéquipiers à Montpellier le week-end dernier pour le match de championnat de France de samedi dans la ville du sud mais n’a pas joué, l’entraîneur du PSG Mauricio Pochettino invoquant des “raisons personnelles” pour justifier son absence sur le terrain.

Pour la deuxième saison consécutive, les clubs professionnels du pays avaient été invités à étiqueter les maillots de leurs joueurs avec des numéros colorés en utilisant le drapeau arc-en-ciel, symbole du mouvement LGBTQ.

Selon la radio française RMC, citant des sources non identifiées, Gueye ne voulait pas porter de numéro arc-en-ciel au dos de sa chemise.

Le groupe Rouge Direct a indiqué dans un message publié sur Twitter que le PSG et la ligue ne devaient pas exclure la possibilité de sanctionner Gueye.

“L’homophobie n’est pas une opinion mais un crime”, a déclaré le groupe.

L’affaire a pris une tournure politique lorsque Valérie Pécresse, candidate conservatrice à l’élection présidentielle française le mois dernier, s’est jointe aux critiques de Gueye.

“Les joueurs d’un club de football, et ceux du PSG en particulier, sont des figures d’identification pour nos jeunes”, a-t-elle écrit sur Twitter. « Ils ont le devoir de montrer l’exemple. Un refus d’Idrissa Gana Gueye de rejoindre la lutte contre l’homophobie ne pouvait rester sans sanction !

Le journal L’Equipe a rapporté que Gueye avait déjà raté le match correspondant la saison dernière lorsque toutes les équipes portaient des maillots avec l’arc-en-ciel, citant un épisode de gastro-entérite.

Les chants homophobes, souvent entendus lors des matches de championnat de France, ont longtemps été tolérés par de nombreux responsables de clubs, et les autorités du football ont eu du mal à trouver les moyens appropriés pour résoudre le problème. La ligue française a cependant lancé un plan d’action il y a trois ans permettant aux spectateurs de signaler les incidents sexistes, homophobes ou racistes dont ils sont témoins.

___

Plus de football AP : https://apnews.com/apf-Soccer et https://twitter.com/AP_Sports

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont les opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

3 + 16 =