News

Un tribunal américain ordonne l’examen du programme d’immigration révisé du DACA, avec les «rêveurs» dans les limbes – National

Une cour d’appel fédérale a ordonné mercredi un examen par un tribunal inférieur des révisions de l’administration Biden à un programme empêchant l’expulsion de centaines de milliers d’immigrants amenés aux États-Unis alors qu’ils étaient enfants.

La 5e Cour d’appel du circuit des États-Unis a déclaré qu’un juge de district fédéral du Texas devrait réexaminer le programme à la suite des révisions adoptées en août. La décision laisse en suspens l’avenir de l’action différée pour les arrivées d’enfants, les bénéficiaires actuels du DACA étant protégés – pour l’instant – mais les nouveaux candidats interdits.

“Il est plus que temps pour le Congrès et Biden d’agir sur leurs promesses d’assurer des protections permanentes pour les Rêveurs, y compris une voie vers la citoyenneté, une fois pour toutes”, a déclaré le groupe de défense Families Belong Together dans un communiqué. Les personnes protégées par le DACA sont communément appelées «Dreamers», sur la base de propositions jamais adoptées au Congrès appelées DREAM Act.

Lire la suite:

L’histoire continue sous la publicité

Le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, a déclaré que son département examinait la décision de justice de mercredi et travaillera avec le ministère américain de la Justice sur “une réponse juridique appropriée”.

“Je suis profondément déçu par la décision d’aujourd’hui de la DACA et l’incertitude persistante qu’elle crée pour les familles et les communautés à travers le pays”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

DACA a été adopté par l’administration de l’ancien président Barack Obama et a eu un parcours compliqué à travers les contestations devant les tribunaux fédéraux.


Cliquez pour lire la vidéo:







La Cour suprême des États-Unis bloque la tentative de Trump de mettre fin au programme d’immigration “Dreamers”


La Cour suprême des États-Unis bloque la tentative de Trump de mettre fin au programme d’immigration “Dreamers” – 18 juin 2020

L’année dernière, le juge de district américain Andrew Hanen, basé au Texas, a déclaré le DACA illégal. Il a conclu que le programme n’avait pas été soumis aux périodes d’avis et de commentaires publics requises en vertu de la loi fédérale sur les procédures administratives. Mais il a laissé temporairement le programme intact pour ceux qui en bénéficiaient déjà, en attendant l’appel.

“Les bénéficiaires actuels du DACA peuvent renouveler leur statut et demander une libération conditionnelle anticipée, mais la décision continue d’empêcher les nouveaux candidats d’obtenir le DACA”, a déclaré le Immigrant Legal Resource Center, une organisation de défense des droits, dans un communiqué. L’organisation faisait partie des défenseurs renouvelant mercredi les appels à l’administration Biden et au Congrès pour protéger les bénéficiaires du DACA.

L’histoire continue sous la publicité

La décision de mercredi de trois juges du 5e circuit basé à la Nouvelle-Orléans confirme la conclusion initiale du juge. Mais il lui renvoie l’affaire pour un examen d’une nouvelle version de la règle émise par l’administration Biden fin août. La nouvelle règle entre en vigueur le 31 octobre.

“Un tribunal de district est le mieux placé pour examiner le dossier administratif dans la procédure d’élaboration des règles”, a déclaré l’opinion de la juge en chef du 5e circuit Priscilla Richman, nommée à la cour par le président George W. Bush. Les autres membres du panel étaient les juges Kurt Engelhardt et James Ho, tous deux nommés par le président Donald Trump.

Lire la suite:

Les 453 pages de la nouvelle règle sont en grande partie techniques et représentent peu de changements substantiels par rapport à la note de service de 2012 qui a créé le DACA, mais elle a fait l’objet de commentaires publics dans le cadre d’un processus formel d’élaboration de règles destiné à améliorer ses chances de survivre au rassemblement légal.

Lors des arguments de juillet au 5e circuit, le ministère américain de la Justice a défendu le programme, allié à l’État du New Jersey, à des organisations de défense des immigrés et à une coalition de dizaines de sociétés puissantes, dont Amazon, Apple, Google et Microsoft. Ils ont fait valoir que les bénéficiaires du DACA ont grandi pour devenir des moteurs productifs de l’économie américaine, détenant et créant des emplois et dépensant de l’argent.

Le Texas, rejoint par huit autres États à tendance républicaine, a fait valoir qu’il subissait un préjudice financier, engageant des centaines de millions de dollars en soins de santé, en éducation et autres, lorsque les immigrants sont autorisés à rester illégalement dans le pays. Ils ont également fait valoir que la Maison Blanche avait outrepassé son autorité en accordant des avantages en matière d’immigration qu’il appartenait au Congrès de décider.

L’histoire continue sous la publicité

On s’attend à ce que DACA se rende à la Cour suprême pour la troisième fois. En 2016, la Cour suprême a bloqué 4-4 sur un DACA élargi et une version du programme pour les parents des bénéficiaires du DACA, maintenant en place une décision de justice inférieure pour que les prestations soient bloquées. En 2020, la Haute Cour a statué 5 contre 4 que l’administration Trump avait mis fin de manière inappropriée au DACA en ne respectant pas les procédures fédérales, lui permettant de rester en place.


Cliquez pour lire la vidéo: '' Marche des rêveurs vers la Cour suprême alors que les arguments s'ouvrent sur la contestation du DACA ''







Les «rêveurs» défilent devant la Cour suprême alors que les arguments s’ouvrent sur la contestation du DACA


Les «rêveurs» défilent devant la Cour suprême alors que les arguments s’ouvrent sur la contestation du DACA – 12 novembre 2019

Les bénéficiaires du DACA sont devenus une force politique puissante même s’ils ne peuvent pas voter, mais leurs efforts pour parvenir à la citoyenneté par le biais du Congrès ont échoué à plusieurs reprises. Toute menace imminente de perdre l’autorisation de travail et de s’exposer à l’expulsion pourrait faire pression sur le Congrès pour qu’il les protège, même comme mesure provisoire.

L’administration Biden a déçu certains partisans pro-DACA avec sa stratégie juridique conservatrice consistant à maintenir l’éligibilité à l’âge inchangée. Les bénéficiaires du DACA devaient avoir été aux États-Unis en juin 2007, une exigence de plus en plus inaccessible. L’âge moyen d’un bénéficiaire du DACA était de 28,2 ans fin mars, contre 23,8 ans en septembre 2017.

L’histoire continue sous la publicité

Fin mars, 611 270 personnes étaient inscrites au DACA, dont 494 350, soit 81%, du Mexique et un grand nombre du Guatemala, du Honduras, du Pérou et de la Corée du Sud.

© 2022 La Presse canadienne

Articles similaires