News

Un utilisateur de fauteuil roulant né en Australie affirme avoir été contraint de quitter le vol Qatar Airways à l’aéroport de Melbourne en raison d’un handicap

UN Né à l’époque victorienne utilisateur de fauteuil roulant affirme avoir été contraint de quitter un vol de Qatar Airways à Melbourne Aéroport en raison de son handicap.

Craig Nolan, qui vit avec le spina bifida, était sur un vol vers la Finlande lorsqu’il dit avoir été expulsé par le personnel à bord, l’obligeant à débarquer à l’aéroport de Melbourne avant le décollage.

L’homme de 43 ans a déclaré à 9News qu’après avoir expliqué qu’il aurait besoin de personnel pour l’emmener vers et depuis la salle de bain dans le fauteuil du couloir pendant le vol, on lui a dit que la compagnie n’autorisait pas les passagers handicapés à voyager seuls.

Nolan a d’abord été transféré sur une chaise d’allée avant le vol, qui est un fauteuil roulant plus petit utilisé dans les avions qui ne peuvent pas être poussés indépendamment.

Il allègue qu’on lui a alors dit qu’il devait quitter le vol.

“C’est absolument de la discrimination”, a déclaré Nolan.

“Il n’y a aucune raison valable pour que vous m’ayez jeté hors du vol.”

9News a sollicité les commentaires de Qatar Airways.

Nolan vit en Finlande avec sa compagne et était venu à Melbourne pour assister à des funérailles familiales.

Il a fait le tour du monde quatre fois par lui-même et dit n’avoir jamais eu ce genre de problème.

C’était la première fois qu’il voyageait avec Qatar Airways.

Dans l’espoir que quelqu’un écouterait, l’amie de toujours Bridget Mullahy s’est tournée vers Twitter pour raconter l’histoire de Nolan.

“Cela a vraiment résonné chez les gens qu’en 2022, cela n’est plus autorisé”, a déclaré Mullahy à 9News.

“Les gens vont en fait s’exprimer, se lever et dire plus.”

Nolan a dit que ce n’était pas assez bon et qu’il fallait faire plus.

« Tout le monde doit défendre ses droits », a-t-il déclaré.

“Particulièrement les personnes handicapées, qui ne sont pas écoutées et, si elles le sont, il y a toujours cette pré-perception de ce qu’elles peuvent et ne peuvent pas faire.”


Source link

Articles similaires