Divertissement

Une femme de Baton Rouge condamnée à perpétuité

Le vendredi 16 décembre, une femme de Baton Rouge a été reconnue coupable de meurtre au deuxième degré pour avoir mortellement empoisonné son petit ami. Selon KLFY, la femme, nommée Meshell Hale, 54 ans, a été condamnée à la prison à vie mardi.

La mort de son petit ami et de son mari

En 2015, le petit ami de Hale, Damian Skipper, 41 ans, est décédé après ce qui était initialement présumé être une crise cardiaque. Plus tard, on a découvert que la mort de Skipper était due à la consommation d’acétate de baryum.

Selon le point de vente, il a été découvert que Hale avait acheté le poison en ligne plusieurs fois entre 2015 et 2016.

De plus, la femme a également été impliquée dans la mort en 2016 de son ex-mari Arthur Noflin, 42 ans. Selon The Advocate, les « restes calcinés » de Noflin ont été retrouvés sur la banquette arrière de sa camionnette « incendiée » en mars 2016. Parce que Le corps de Noflin a été si gravement brûlé que Samantha Huber, médecin légiste pour le bureau du coroner de la paroisse d’Orléans, n’a pas pu déterminer la cause de son décès.

C’est suspect, mais je ne peux pas prouver que c’est un homicide. J’ai d’autres cas similaires à celui-ci où il s’agissait d’un suicide, donc je dois être très, très prudent.

Les autorités n’ont pas été en mesure de considérer la mort de Noflin comme un homicide.

Les conséquences de la mort de Skipper et Noflin

Après la mort de Skipper en 2015, Hale a perçu 10 000 $ en paiements d’assurance-vie. Selon The Advocate, elle a allégué qu’elle et Skipper étaient mariés.

Les autorités soupçonnent que Hale aurait tué son ex-mari, Noflin, l’année suivante pour également réclamer sa police d’assurance-vie de 750 000 $. Les procureurs ont noté qu’elle figurait sur la liste des principales bénéficiaires de la politique de Noflin, également signalée par le média.

Lorsque les autorités ont informé Hale de la mort de Noflin en 2016, elle a sangloté “inconsolablement”.

Cela ne peut tout simplement pas être. Cela ne peut tout simplement pas être.

Malgré son affichage émotionnel, Hale n’a jamais versé de larmes.

Une décision de mise en liberté sous caution indigne les membres de la famille

Hale a été reconnu coupable du meurtre au deuxième degré de Damian Skipper, le vendredi 16 décembre. Skipper et les membres de la famille de Noflin étaient présents au palais de justice du 19e district judiciaire.

Le cousin de Skipper, Michael Durand, a partagé ses sentiments sur la condamnation de Hale

Cela vous montre simplement ce que Dieu peut faire. C’est une bénédiction, et le procureur a fait beaucoup de travail. Il ne s’agit pas tant d’être enfermée. Il s’agit de sensibiliser les autres hommes là-bas. Vous pouvez sauver d’autres vies.

Cependant, une audience a eu lieu mardi, au cours de laquelle l’avocat de Hale a contesté sa condamnation. À la surprise de beaucoup, le juge Raymond Bigelow a décidé d’accorder une demande de cautionnement pour la femme.

Bigelow a fixé la caution de l’homme de 54 ans à 300 000 $. Et a révoqué son passeport, lui ordonnant de rester en résidence surveillée si elle est libérée.

Les procureurs ont immédiatement réagi, affirmant que Hale pourrait constituer un danger pour le public si elle était libérée sous caution.

C’était un procès propre. Elle sera confirmée en appel. Il n’y a aucune raison pour qu’elle quitte cette prison.

Durand a partagé sa réaction à la décision du juge.

Je ne sais vraiment pas comment me sentir. C’était un choc de donner à quelqu’un une peine d’emprisonnement à perpétuité obligatoire, puis de se retourner et de lui donner une caution. Nous ne pouvons pas récupérer Skipper et c’est juste un peu déroutant en ce moment qu’ils fassent une telle chose.

La sœur aînée de Noflin, Carol Noflin Hertzock, a également partagé ses sentiments.

C’est juste déconcertant pour nous tous. Cela n’a aucun sens.

Hale doit revenir devant le tribunal le 22 février 2023, comme le rapporte KLFY.


Articles similaires