News

Une haut responsable de l’ONU exhorte les musulmans à faire entrer les talibans dans le 21e siècle

LES NATIONS UNIES –

La femme la plus haut placée aux Nations Unies a déclaré mercredi qu’elle avait utilisé tout ce qu’elle avait dans sa “boîte à outils” lors de réunions avec des ministres talibans pour tenter d’inverser la répression contre les femmes et les filles afghanes, et elle a exhorté les pays musulmans à aider les talibans à quitter le “13e siècle au 21e.

La secrétaire générale adjointe Amina Mohammed, ancienne ministre nigériane et musulmane, a déclaré lors d’une conférence de presse que quatre ministres talibans, dont le ministre des Affaires étrangères et un vice-Premier ministre, avaient parlé “d’un scénario” lors de réunions avec sa délégation la semaine dernière.

Elle a déclaré que les responsables avaient cherché à souligner des choses qu’ils disaient avoir faites et pour lesquelles ils n’avaient pas été reconnus – et ce qu’ils appelaient leurs efforts pour créer un environnement qui protège les femmes.

“Leur définition de la protection serait, je dirais, la nôtre de l’oppression”, a déclaré Mohammed.

Ces réunions dans la capitale afghane, Kaboul, et le lieu de naissance du groupe islamique à Kandahar ont été suivies cette semaine par une visite du chef humanitaire de l’ONU, Martin Griffiths, et des chefs des principaux groupes d’aide. Ils font pression sur les talibans pour qu’ils annulent leur décret du mois dernier interdisant aux femmes afghanes de travailler pour des groupes non gouvernementaux nationaux et internationaux.

S’exprimant depuis Kaboul mercredi, Griffiths a déclaré que l’objectif de la visite était de faire comprendre aux talibans qu’il était essentiel de mettre en place des opérations d’aide et de permettre aux femmes d’y travailler. Le message de la délégation était simple – que l’interdiction rend le travail des groupes plus difficile, a-t-il dit.

“Ce que j’ai entendu de toutes les personnes que j’ai rencontrées (c’est) qu’elles comprenaient la nécessité ainsi que le droit des femmes afghanes de travailler, et qu’elles travailleront sur un ensemble de lignes directrices que nous verrons publiées en temps voulu, qui répondre à ces exigences », a déclaré Griffiths.

Mohammed a déclaré que sa délégation, y compris la responsable d’ONU Femmes, qui promeut l’égalité des sexes et les droits des femmes, a repoussé les talibans, y compris lorsqu’ils ont commencé à parler de principes humanitaires.

“Nous leur avons rappelé que dans les principes humanitaires, la non-discrimination était un élément clé… et qu’ils éliminaient les femmes du lieu de travail”, a-t-elle déclaré.

En tant que musulmane sunnite, comme les responsables talibans, Mohammed a déclaré avoir dit aux ministres que lorsqu’il s’agissait d’empêcher l’éducation des filles au-delà de la sixième année et de supprimer les droits des femmes, ils ne suivaient pas l’islam et nuisaient aux gens.

Dans un contexte, a déclaré Mohammed, un responsable taliban qu’elle n’a pas nommé lui a dit qu ‘”il était haram (interdit par la loi islamique) que je sois là pour leur parler”. Ces conservateurs ne regardent pas directement une femme, a-t-elle noté, alors elle a dit qu’elle avait joué « à ce jeu » et qu’elle ne les regardait pas directement non plus.

“J’ai donné autant que je pense qu’ils ont donné, et nous avons poussé”, a-t-elle déclaré.

Mohammed a déclaré que les talibans avaient déclaré qu’en temps voulu, les droits retirés aux femmes et aux filles reviendraient, de sorte que la délégation de l’ONU a insisté pour qu’un délai soit fixé. “Ce qu’ils disaient, c’était” bientôt “, a-t-elle déclaré.

Les talibans ont pris le pouvoir pour la deuxième fois en août 2021, au cours des dernières semaines du retrait des forces américaines et de l’OTAN d’Afghanistan après 20 ans de guerre.

Mohammed a déclaré que les talibans, qui n’ont été reconnus par aucun pays, veulent une reconnaissance internationale et le siège de l’Afghanistan aux Nations unies, actuellement détenu par l’ancien gouvernement dirigé par Ashraf Ghani.

“La reconnaissance est l’un des leviers que nous avons et nous devons le conserver”, a déclaré Mohammed.

Avant d’arriver à Kaboul, la délégation de Mohammed s’est rendue dans des pays à majorité musulmane, dont l’Indonésie, la Turquie, les États du Golfe et l’Arabie saoudite, où elle a déclaré qu’il y avait un large soutien contre les interdictions des talibans.

Elle a déclaré qu’il y avait une proposition pour que l’ONU et l’Organisation de la coopération islamique, qui compte 57 membres, organisent une conférence internationale à la mi-mars sur les femmes dans le monde musulman.

« Il est très important que les pays musulmans se rassemblent », a-t-elle déclaré. “Nous devons porter le combat dans la région et nous devons être audacieux et courageux car les droits des femmes sont importants.”

Griffiths, le sous-secrétaire général aux affaires humanitaires, et sa délégation, y compris les chefs de Care International et de Save the Children US, ne se sont pas rendus à Kandahar, où l’interdiction faite aux femmes afghanes de travailler pour des ONG a été prononcée sur ordre des talibans reclus. chef suprême, Hibatullah Akhundzdaza.

Griffiths a reconnu le statut de premier plan d’Akhundzada, mais a déclaré qu’il y avait de nombreuses voix importantes parmi les responsables talibans à travers le pays.

“Je ne pense pas qu’il s’agisse simplement de demander à un homme de prendre ses responsabilités et de modifier un édit”, a-t-il déclaré. “Il y a une responsabilité collective pour cet édit, et j’espère que nous construisons une volonté collective pour compenser son interdiction.”

Janti Soeripto de Save the Children a déclaré qu’il y avait eu des réunions avec huit ministères en deux jours et que certains parmi les talibans semblaient comprendre la nécessité d’annuler l’interdiction.

“Il y a de la résistance, ils ne veulent pas être vus en train de faire demi-tour”, a-t-elle déclaré. “Si les gens ne voient pas les conséquences aussi viscéralement que nous les voyons, les gens se sentiront moins enclins.”

Mohammed a déclaré qu’il était important pour l’ONU et ses partenaires de travailler davantage dans une vingtaine de provinces afghanes plus tournées vers l’avant.

“Une grande partie de ce que nous devons gérer est la façon dont nous voyageons les talibans du 13e siècle au 21e”, a-t-elle déclaré. « C’est un voyage. Ce n’est donc pas seulement du jour au lendemain.

Elle a déclaré que les talibans avaient déclaré à sa délégation qu’ils proposaient une loi contre la violence sexiste, qu’elle a qualifiée de “grand plus” car les viols et autres agressions se multiplient en Afghanistan.

“Je veux que les talibans défendent l’application de cette loi”, a-t-elle déclaré.

Mohammed a déclaré qu’il était important de maximiser tout effet de levier pour ramener les talibans aux principes qui sous-tendent la participation à la “famille internationale”.

“Personne ne s’oppose à un pays musulman ou à la charia (loi)”, a-t-elle déclaré. « Mais tout cela ne peut pas être transformé en extrémisme et en prise de position qui nuisent aux femmes et aux filles. C’est absolument inacceptable, et nous devons tenir la ligne.

Articles similaires