Tech

Vivo India obtient 58 millions de dollars saisis après une enquête massive sur le blanchiment d’argent

La Direction de l’application de la loi de l’Inde a effectué des perquisitions dans 40 emplacements de Vivo India, et l’agence d’État a révélé des détails sur l’enquête. Selon un communiqué de presse officiel, la société a transféré 62 476 crores INR (soit près de 8 milliards de dollars) en Chine.

Au cours de l’enquête, l’ED a saisi 119 comptes bancaires contenant 465 crores INR (environ 58 millions de dollars), ainsi que des lingots d’or de 2 kg, 66 crores INR supplémentaires (8,3 millions de dollars) en FD et 73 lakh (un peu moins de 100 000 $) en en espèces.

La déclaration de la Direction de l’application de la loi a révélé que le montant d’argent, acheminé vers la Chine, représente environ la moitié de toutes les ventes réalisées par Vivo India. Cela a été fait “pour divulguer d’énormes pertes dans les sociétés constituées en Inde” et pour éviter de payer des impôts sur cet argent.

Les directeurs de Vivo India, Zhengshen Ou et Zhang Jie, ont fui le pays lorsque la Direction a révélé que “certains ressortissants chinois”, sans mentionner de noms, avaient retiré et caché des preuves numériques du blanchiment d’argent.

Vivo India obtient 58 millions de dollars saisis après un énorme scandale de blanchiment d'argent

Les transferts d’argent ont été effectués par l’intermédiaire d’une société écran, basée à Hong Kong – vivo India était enregistrée comme sa filiale, et elle avait de plus petites entités dans chaque grande région indienne qui fonctionnaient seules, du moins pour les livres. Ensuite, ils ont envoyé tous les bénéfices à vivo India, qui, étant une filiale, a directement acheminé les fonds vers sa société mère.

Selon les représentants de Vivo India, la marque “a coopéré avec les autorités et s’est engagée à se conformer pleinement à la loi indienne”. La société mère en Chine a exprimé l’espoir que les enquêtes en cours se dérouleront dans “un environnement commercial véritablement équitable et non discriminatoire”.

La source

Articles similaires